22 sept. 18

LES ENTRAILLES DE LA COMMANDERIE DE LAVAUFRANCHE

En 1940, fuyant l'avancée des troupes allemandes, des réfugiés du nord de la France sont hébergés "au pied levé" dans l'ancienne chapelle (devenue grange à foin) de l'ancienne commanderie de Lavaufranche... La Creuse va alors en être bellement récompensée puisque les réfugiés y découvrent de splendides fresques (cachées derrière le plâtre qui tombe en lambeaux) ! Répertoriées (par André Guy en 1958), elles sont alors classées monuments historiques. La famille Blondeau, qui  achète le château de Boussac en 1965, le... [Lire la suite]

21 déc. 17

Le réseau des trains creusois est condamné à mort en 1952 !

Par décret du 19 juin 1857, la (future) ligne de "chemin de fer" Montluçon-Limoges est attribuée à la Compagnie Paris-Orléans (qui fait déja rouler les trains entre Paris et Toulouse). Cette voie ferrée sera la 1ère à voir le jour en Creuse. Elle transportera des voyageurs (mais permettra aussi d'acheminer la houille de la Creuse vers les industries de Limoges et de Poitiers). Plusieurs tracés sont étudiés et la Compagnie Paris-Orléans choisit celui qui passe par Lavaufranche et Guéret avant de rejoindre... [Lire la suite]
22 févr. 15

Chabatz d'entrar !

Dans une lettre qu'elle écrit au journal L'Eclaireur (en octobre 1844) George Sand considére que la "ligne séparatrice" entre le français du nord (la langue d'Oil) et le français du sud (la langue d'Oc) se trouve très exactement à la confluence de 2 rivières : la Sedelle et la Creuse, donc exactement là où se trouvent les ruines de la forteresse de Crozant (Mouais... Admettons d'George !). Pour le poète occitan Jean-Pierre Baldit, la "zone de contact entre Oil et Oc" se situe de part et d'autre de la Petite Creuse. Les... [Lire la suite]