25 juil. 16

Les miliciens de Pétain veulent exterminer les patriotes creusois !

Le mercredi 7 juin 1944 à l'aube, les employés des P.T.T. désarment et ligotent les soldats allemands du service postal de Guéret. Au même instant, sous les ordres du commandant François, les maquis de la ville (appuyés par ceux de La Souterraine et ceux du pays dunois) entrent dans Guéret et progressent vers la place Bonnyaud. La garnison allemande se barricade alors dans 2 hôtels. Les gendarmes français et les élèves de l'Ecole de la Garde se rallient à la résistance et, vers 7 h., des tirs nourris sont échangés entre les... [Lire la suite]

27 mai 16

La Souterraine connait l'autogestion depuis le moyen-âge !

L'histoire commence quand Gérald de Crozant, seigneur de Bridiers, donne aux moines de Saint-Martial une colline voisine de son château et délègue son droit de suzerain sur cet endroit aux moines. Mais, pour inciter de nouvelles familles à s'installer autour du monastère qu'ils viennent de construire sur cette colline, les moines décident d'affranchir les habitants de l'enclave de La Souterraine... Les sostraniens n'ont plus de corvées seigneuriales à effectuer et organisent eux-mêmes la gestion de leur ville. Pour cela, ils se... [Lire la suite]
29 janv. 16

C'est la Révolution à Dun-le-Palestel !

Quand les premières émeutes de la Révolution éclatent, en mai 1789, bon nombre de maçons migrants creusois se trouvent à Paris. Les chantiers s'arrêtent : ils n'ont plus d'argent mais ne peuvent pas rentrer en Creuse faute de permis pour circuler. Pourtant, là-bas, au pays, les hommes font cruellement défaut et de vilaines rumeurs commencent à circuler... A ce que l'on dit, des hordes de brigands pilleraient et violeraient dans ces campagnes sans hommes ! Dans les villes, des hommes il en reste et, en décembre, la municipalité de... [Lire la suite]
09 oct. 15

1 disparition mystérieuse et 5 belles naissances de villes creusoises

Une ville, déjà importante, est nichée à la frontière sud-est du territoire de la tribu des lémovices. Puis, elle devient gallo-romaine mais garde son statut d'important centre de décisions politiques. Elle se trouve en un lieu nommé Chancet, aujourd'hui village de la commune de Saint-Georges-Nigremont. En 555, l'armée de Caribert et l'armée de Chramme s'y rencontrent... Voilà, c'est tout ! L'histoire de la cité de Chancet s'arrête ainsi : elle ne deviendra jamais une ville creusoise car elle décline et disparait après 555 (ce... [Lire la suite]
30 mai 15

Ces fantômes qui hantent la Route du Haut Limousin

Grâce à la magie de MARCHOUCREUSE, vous vous retrouvez tout à coup à Compreignac (à 18 km au nord de Limoges, à l'ouest de la sortie 26 sur l'autoroute A20). Vous y admirez l'extérieur de l'église fortifiée du 12ème siècle puis, avant d'emprunter la D60 pour arriver à Chabannes, vous apprenez par MARCHOUCREUSE que le résistant Emile Jouandeau a été tué non loin de là. Votre premier contact avec le lac de Saint-Pardoux est donc la petite plage de Chabannes où des tables de pique-nique ont été installées sous un frais petit bois.... [Lire la suite]
22 févr. 15

Chabatz d'entrar !

Dans une lettre qu'elle écrit au journal L'Eclaireur (en octobre 1844) George Sand considére que la "ligne séparatrice" entre le français du nord (la langue d'Oil) et le français du sud (la langue d'Oc) se trouve très exactement à la confluence de 2 rivières : la Sedelle et la Creuse, donc exactement là où se trouvent les ruines de la forteresse de Crozant (Mouais... Admettons d'George !). Pour le poète occitan Jean-Pierre Baldit, la "zone de contact entre Oil et Oc" se situe de part et d'autre de la Petite Creuse. Les... [Lire la suite]

28 juil. 14

Un médecin creusois a été proposé pour le prix Nobel !

Né à Saint-Sulpice-les-Champs, Léon Clovis Eugène Jamot commence sa vie professionnelle à Ben-Aknoun (Algérie) où il est instituteur. Puis il revient en métropole et fait des études de médecine à Montpellier. Son diplôme en poche, il retrouve la Creuse et s'installe à Sardent, comme médecin généraliste. Mais, au bout de 2 ans, il s'ennuie... Eugène Jamot intègre alors le Corps de Santé des Troupes Coloniales (à Marseille). Il y étudie la médecine tropicale, avant de découvrir les colonies françaises d'Afrique noire. Il intègre... [Lire la suite]
12 juin 14

Envahissons les jardins des anglais de Creuse !

Une tradition anglaise veut que, une fois par an, des particuliers (comme vous et nous) laissent entrer le public dans leur jardin pour qu'il le visite et l'admire (parce qu'il le vaut bien ). En 2013, un petit groupe de fidèles de la bibliothèque britannique de La Souterraine tente d'acclimater ce concept à la Creuse et 4 d'entre eux ouvrent leurs jardins à la visite... succès encourageant. Nos britanniques jardiniers décident donc, en janvier 2014, de se constituer en association et la nomme judicieusement Open Gardens...... [Lire la suite]
03 juin 14

LA MARCHE NE VEUT PAS ETRE RATTACHEE AU BOURBONNAIS !

            Tandis que la cour de Louis XVI festoie à Versailles, la misère gagne les provinces du royaume après 2 ans de mauvaises récoltes... Dans le comté de la Marche, en cette année 1780, la bouillie de châtaignes devient l'unique nourriture de beaucoup de foyers. Quêtant d'autres ressources, quelques 15000 paysans migrent alors vers Lyon ou Paris. En 1787-88, le royaume vit une rude crise financière. La monarchie absolue est contestée par une partie de la noblesse et de la... [Lire la suite]
18 déc. 13

Les peines et les joies des creusois qui ont modernisé Paris

En 1627, la terre de la Marche nourrit mal ses enfants quand la ville de La Rochelle, assiégée par l'ennemi, a un besoin urgent de bras robustes pour édifier ses défenses. Des marchois quittent donc le pays pour se louer comme charpentiers, maçons ou tailleurs de pierre. C'est là qu'ils se forgent l'excellente réputation de bâtisseurs qu'ils ont d'ailleurs encore aujourd'hui.   Les marchois qui partent travailler dans d'autres régions du royaume en tirent 2 gros avantages : étant absents de mars à... [Lire la suite]