03 sept. 17

16804 soviétiques en armes à La Courtine !

Depuis le début (de la 1ère guerre mondiale), les usines d'armement fournissent sans relâche les obus et les canons qui déchiquetent les soldats par millions. Le tsar de Russie (allié de la France), propose alors un échange : il fournira de la chair fraîche (qu'il possède en abondance) contre de l'armement lourd (qui lui fait tant défaut)... Aussi sec, 40.000 russes embarquent vers la France.           (dessins de Tardi) Dés 1916, des russes sont donc mis en première ligne (avec les... [Lire la suite]

18 juil. 17

Le Trafoujaud, c'est du soleil, du feu et... un peu de sexe ?

Avant d'être "christianisé", le Limousin (comme toute la Gaule) honorait Bélen, le Dieu Soleil. Pour le remercier de ses bienfaits, nos ancêtres  le célèbraient au cours d'une fête printanière, ponctuée de feux de joie symbolisant sa puissance. Cette tradition, en Creuse, se nommait Trafoujaud (que l'on peut traduire par "à travers le feu de joie"). La veille de la Saint-Jean (le 23 juin), les jeunes hommes partaient à la recherche d'un résineux d'au moins 4 mètres de haut (dont ils coupaient les branches à 20 cm.... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 juil. 17

Les trésors mondialement connus (?) du Moutier-d'Ahun...

Entre Guéret et Aubusson, la D942 vous dépose à Ahun. Vous décidez alors d'aller visiter son célèbre monastère (qui, en occitan ancien, se disait "mostier" ou... "moutier"). Partant d'Ahun, vous empruntez (à pied ou en vélo) un petit morceau bien préservé de la voie romaine Limoges-Bourges et descendez tranquillement jusqu'au village du... Moutier-d'Ahun. Vous préférez la voiture ? Une petite route sinueuse vous conduit jusqu'à la place de l'église où vous vous garez (sous les arbres). Tout le monde est là ? Bien... Vous... [Lire la suite]
13 juin 17

Les "Marches de la mort" traversent la Creuse...

En 1809, face à l'occupacion des troupes françaises (conduites par Napoléon), la résistance espagnole s'organise : les peuples ibères et catalans défendent farouchement l'indépendance de leur(s) pays et les "opérations de maintien de l'ordre" mobilisent 300.000 soldats français, lesquels risquent de manquer sur d'autres fronts. Mais Napoléon semble avoir trouvé la solution... Chaque mois, les milliers de jeunes soldats espagnols qui sont emprisonnés à Toulouse sont déplacés (à marche forcée sur 600 kilomètres) jusqu'à... [Lire la suite]
29 mai 17

Un jardin creuso-berrichon 100% dédié à la permaculture !

Ce jardin (qui se nomme Le Jardin des Harmonies) est discrètement blotti sur la commune de Saint-Sébastien (laquelle se situe entre Crozant, Azerables et Saint-Benoit-du-Sault). Vous y êtes ? Parfait ! Le jeu consiste d'abord à trouver l'église du bourg pour prendre ensuite une micro-route (en contrebas) à gauche (il y a bien des pancartes mais elles sont volontairement discrètes). Nathalie Ranjon façonne tranquillement son jardin de 3 hectares (1 de prairies et 2 de bois) depuis plusieurs paires d'années en appliquant les... [Lire la suite]
07 avr. 17

Il y a 100 ans, les creusois mangeaient plein de fruits (bio) ! Et ouais !

Imaginez que nous soyons au début du 20ème siècle (mais si, faites un effort quoi !). Les fruitiers en Creuse sont d'essences variées mais (déjà) les pommiers occupent une grande place. Les paysans ne les soignent pas pour autant et laissent le gui et le lichen les envahir. Les endroits où ils se plaisent le mieux sont alors les communes de Sainte-Feyre, Saint-Laurent et Bonnat. La variété la plus plantée est la reinette (la pomme, pas la grenouille) dont la très creusoise Reinette des Chatres. La première récoltée est la... [Lire la suite]

17 mars 17

Combien d'écoles primaires pour les enfants creusois ?

"Les écoles primaires ont pour objet de donner aux enfants des 2 sexes l'instruction nécessaire à des hommes libres. Il sera établi une école par mille habitants. Les presbytères seront mis à la disposition des municipalités pour servir de logement aux instituteurs et recevoir les élèves pendant la durée des leçons. Chaque école sera divisée en 1 section pour les garçons et 1 pour les filles"... "Les instituteurs sont tenus d'enseigner les livres publiés par la Convention nationale. Le maître doit tout à tous les élèves. Le... [Lire la suite]
16 févr. 17

Tremblez les "Rouges", Le Baronet arrive !

Il y a plusieurs décennies, le mouton broutait en maître dans tout le Limousin où il faisait son gras et entretenait (en même temps) les paysages. Et puis les "Rouges" ont massivement envahies les prairies (c'est ainsi que les éleveurs creusois nomment les vaches Limousines... avec leurs robes rousses). A coup de sélections génétiques (faites au Pôle de Lanaud) elles sont même devenues des stars mondiales ! En 1984, l'Union des Groupements de Producteurs Ovins du Limousin se met à sélectionner à son tour ses meilleures bêtes et... [Lire la suite]
10 févr. 17

Grand jeu-concours (débile) de Marchoucreuse 23 !

Pour fêter le 200.000ème visiteur de Marchoucreuse 23, nous voulions organiser un jeu-concours (débile, nous le confirmons) auprès de nos lectrices et lecteurs. Notre idée (machiavélique) était de vous faire photographier votre écran au moment où le compteur affichait ce nombre magique et, ainsi, de gagner (après l'avoir choisi) un agrandissement d'une des photos de Marchoucreuse 23 ! Mais nous nous sommes réveillés un beau jour et les 200.000 visiteurs avaient déjà été dépassés ! Damned (comme aurait dit Donald) ! Notre jeu est... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janv. 17

Des émeutes éclatent dans la Creuse... de Martin Nadaud

En 1848, les paysans se plaignent de l'absence de routes et de la pauvreté des sols de la Creuse. Les procédés de culture sont les mêmes qu'il y a 60 ans et les récoltes restent mauvaises. Entre 1848 et 1856, la population paysanne baisse fortement : les pouvoirs publics décident alors d'améliorer l'enseignement agricole mais... les paysans ne savent pas lire. Côté industrie, il n'existe que les manufactures de tapisserie d'Aubusson et de Felletin. Or, en 1848, leurs patrons se lamentent de l'absence de clients et Aubusson... [Lire la suite]