Le commissaire Redaud a fait parvenir un rapport au sous-préfet d'Aubusson dans lequel il détaille ce qu'il a entendu au cours de la réunion publique que le groupe socialiste d'Aubusson a tenu (dans la salle Dubreuil), le 30 septembre... 1906. Cent personnes étaient présentes (d'après le policier... Pour sa part, le Parti Socialiste n'a pas fourni de chiffre à Marchoucreuse !).

Manufacture de tapisserie


Les organisateurs se nomment Marquet, Germain, Gandy et Duron et ils sont tous ouvrier-tapissier à Aubusson. Le professeur Cope, du lycée de Guéret, est là en tant que secrétaire de la Fédération Socialiste de la Creuse. D'entrée, il accuse les socialistes aubussonnais d'avoir voté pour un radical-socialiste "bourgeois" aux dernières élections législatives...

Congrès-unitaire-socialiste-français-1900


Cope leur rappelle qu'ils auraient dû donner leurs voix au candidat du parti ! Puis il présente les orateurs suivant : Meyeras (administrateur du journal Le Socialiste du Centre), Betoulle (député socialiste de Limoges) et Cachin (délégué du Conseil National du Parti Socialiste). Ils prennent tour à tour la parole et fustigent tous l'anticléricalisme "bourgeois" des radicaux-socialistes !

Anti-clericalisme


Ils conseillent aux ouvriers d'Aubusson de s'organiser en syndicats politiques afin de pouvoir, à l'avenir, choisir un candidat issu de leurs rangs. Léon Betoulle évoque alors les grèves de Limoges (qui, selon lui, ont été voulues par les patrons pour pouvoir briser les travailleurs) et il demande aux ouvriers de ne plus se laisser berner par les fausses promesses des... radicaux-socialistes.

Leon Betoulle


Ces derniers préfèrent leur faire bouffer du curé plutôt que de les voir lutter contre la bourgeoisie patronale ! Le député Betoulle leur demande aussi de se souvenir qu'à Limoges, aux dernières municipales, les radicaux-socialistes se sont alliés à la bourgeoisie pour faire barrage aux socialistes révolutionnaires ! Il ajoute que cette funeste alliance est également nationale...

ouvrieres-tapissieres-photo


Réunissant les députés bourgeois, les élus radicaux et ceux des radicaux-socialistes, cette entente a donnée une majorité à Georges Clémenceau, au détriment du Parti Socialiste Unifié ! Les ouvriers aubussonnais s'engagent alors à venir grossir les rangs du prolétariat politiquement organisé (et adressent l'expression de leur solidarité aux socialistes révolutionnaires russes).

Georges-Clémenceau-1908


La conférence est ensuite levée et l'assistance crie "A bas les tyrans ! A bas les exploiteurs et vive l'émancipation des travailleurs par les travailleurs !" (pour scander la dernière, il faut avoir du souffle, crénom !). Dans le rapport qu'il transmet au sous-préfet, le policier Redaud termine en indiquant que la réunion s'est achevée au bout de 2 heures... et ce sans incident !

ouvrieres-tapissieres


Le rapport de police de 1906, dont nous avons extrait la substantifique moelle, est accessible aux Archives Départementales de la Creuse (il porte la référence 1M213-document n°46). Nous vous indiquons par ailleurs que l'adjectif "socialiste" figure 16 fois dans notre texte et celui de "radical-socialiste" 6 fois. Nous sommes en outre intimement convaincus que ce dernier détail vous laisse totalement de marbre, ce qui est normal.

offensif sans attendre