Le petit château d'Etangsannes (qui faisait partie d'un ensemble défensif chargé de protéger la frontière du royaume de France contre le duché d'Aquitaine) se dresse (toujours aussi fièrement) à quelques 2 kilomètres au sud-est de Chénérailles. Une minuscule route (parallèle à la D990vous y mènera pour votre éventuelle visite (forcément estivale car ce château ne se visite qu'en juillet ou en aôut... désolé !).

665


De l'extérieur, il semble flotter sur l'eau de ses douves (des vestiges moyenâgeux du 12ème siècle, période où il a été construit). L'accès se fait du côté opposé qui (initialement) était défendu par une muraille, percée d'un porche fortifié que protégeait un robuste pont-levis (le tout reliant le donjon à l'échauguette qui se trouve à l'angle des écuries). De celà, aujourd'hui, il ne reste plus rien (encore désolé !).

663

 


Au 12ème siècle, le nom de Géraldus de Lastensenas est rattaché au château d'Etangsannes par un écrit officiel. En 1301, la famille Ayraud en devient propriétaire. La famille Potet, seigneurs de Chénérailles, en fait ensuite l'acquisition (à ne pas confondre avec inquisition, s'il vous plait !). Puis, la fille de Jean de Potet épouse le chevalier Guy de Montaignac en 1424...

667


Guy de Montaignac devient alors baron d'Etangsannes et sa famille (qui possède déja 20 autres seigneuries) va garder le domaine d'Etangsannes (et son château) pendant plus de 3 siècles. Ainsi, en 1743Gabriel-Nicolas de Montaignac, comte d'Etangsannes et gouverneur du Berry, y épousera même Charlotte de Gaucourt (qui n'a rien à voir avec le prix Goncourt).

681


Le blason sculpté qui se trouve au dessus de l'entrée du logis est celui des Montaignac. C'est d'ailleurs "sous leur règne" que le château vit les grandes transformations qui vont lui faire quitter le moyen-âge pour connaître la modernité de la Renaissance : en 1637, des cloisons viennent diviser les grandes salles en petites pièces, plus faciles à chauffer !

689


Les monumentales cheminées sont remplacées par de plus petites, plus adaptées et plus efficaces. Des plafonds, richement décorés, viennent embellir les chambres à coucher (et aident, sans doute, sa seigneurie à s'endormir). De nouvelles fenêtres sont ajoutées et des écuries, modernes et rationnelles, sont réalisées dans l'aile opposée à celle du logis seigneurial.

707


Nous en sautons quelques-uns (de siècles) et vous annonçons tout de go que le château d'Etangsannes est devenu, au début du 20ème, la propriété de l'ingénieur François-Philippe Loisel (un des pionniers de l'électrification des campagnes creusoises). Les réparations qui sont faites en 1908 font alors disparaître les dernières traces moyen-âgeuses de l'intérieur du logis.

683


En 1933, une partie du château est classé monument historique. Puis, en 1950, les fils de François-Philippe Loisel revendent la totalité du domaine à un institut privé. Il devient ensuite la propriété de la famille Petit, qui la revend en 2010 à la famille Mesmay. En 2012, la totalité du château et une partie des dépendances sont désormais "classés".

735


Aujourd'hui (fin 2019 donc), la visite que vous pouvez faire va (normalement) vous faire découvrir les actuels propriétaires, lesquels vous emmèneront d'abord voir les écuries (en principe) et vous feront ensuite contourner son bâtiment et son échauguette du 17ème siècle. Puis, vous reviendrez par les anciens viviers à poissons (qui ont aussi été jadis utilisés comme cressonnière).

676


Vous découvrirez ensuite une antique petite porte en bois, bardée de gros clous destinés à la protéger des médiévaux coups de haches, méchamment assénés par d'éventuels envahisseurs. Emu(e), vous la franchirez et reviendrez alors à l'entrée du logis seigneurial (où se trouve le blason sculpté dans la pierre de la famille de Montaignac ! Oui ! Bonne réponse !).

661


Vous en passerez le seuil et découvrirez, sur votre gauche, au rez-de-chaussée du donjon, une belle pièce qui sert de cuisine. Vous ne vous y attarderez que vaguement car vous devrez ensuite gravir le 1er étage de l'escalier en colimaçon d'une des 2 tours rondes. Vous aurez alors le plaisir de visiter un bureau, un boudoir et une chambre à coucher (hasardeusement meublés).

691


Nous n'allons pas continuer à vous décrire dans le détail une visite que (il nous semble) vous avez de toutes façons la ferme intention de faire (et ce, dés que possible !). Sachez cependant que vos yeux pétilleront d'une joie extatique à la vue des 2 plafonds finement peints dans une des chambres, ainsi que par le grand médaillon qui orne celui de l'ancienne armurerie !

699


Au dernier étage, la charpente qui a été ajoutée à la Renaissance - au dessus de l'édifice du 12ème siècle - pour couvrir un chemin de ronde devenu obsolète, vous livrera tous ses secrets d'assemblage. Par un passage (même pas secret) vous vous glisserez au sommet du donjon où a été installée une antique et vénérable cloche (dont la fonction moderne ne nous a pas été dévoilée).

714


Le château que Géraldus de Lestensenas a fait construire (soulignons toutefois que personne n'est à 100% en mesure d'affirmer que c'est bien lui le maître-d'oeuvre) se trouve au milieu d'un groupe d'au moins 5 étangs qui se déversent l'un dans l'autre (avant d'atterrir finalement dans la Voueize, qui est un affluent de la Tarde, laquelle se jette dans le Cher... maintenant, fermez vos cahiers : interro surprise !).

706


Voici quels sont (également à ne pas confondre) les jours et heures de visites qui vous sont accordés... En JUILLET : uniquement les week-ends (sauf celui du 14). En AOÛT : tous les jours, du 27/07 au 31/08. Les HORAIRES : de 10H à 12H et de 14H à 18H. RESERVATION : au 05 55 93 23 (Agence de Réservations Touristiques de la Creuse). A vous de jouer maintenant...

800


 

688