A 9 kilomètres au sud du lac de Vassivière somnole le petit bourg de Nedde. Non loin de lui, se trouve un endroit plutôt étonnant qui se nomme La Cité des Insectes (suivre les panneaux à partir de Nedde, ou entrez 45.701144-1.816625 dans votre GPS préféré). Sur place, vous devez vous préparer à des... révélations choc qui vous feront oublier vos à priori sur les insectes !

60280


Aprés avoir abandonné (sur 1 des 2 parkings) votre rutilante mobylette, vous serez accueillis par Régine et Jim (un couple franco-britannique) et leur équipe d'animation. Vous aurez alors accès aux 8.000 m2 de jardins (naturels et cultivés) et aux 400m2 des salles du musée (Jim et Régine vous conseilleront de commencer par le musée : ne les écoutez pas ! Commencez par les jardins... en douceur !).

60376


D'entrée, nous avouons que nous sommes sortis (mentalement) transformés par la Cité des Insectes et que (si nous n'y avons pas vu énormément d'insectes vivants) nous y avons appris beaucoup de choses ! Par exemple que les insectes ont été les 1ers êtres vivants à coloniser la Terre, il y a 350 millions d'années (avant les dinosaures donc, et trés très très largement avant nous)

60336


Vous flânerez dans le jardin potager où vous verrez (peut-être) des "auxiliaires du jardin", découvrirez le bois, la fourmilière, le verger à petits fruits, des abeilles, le compost (et d'autres "auxiliaires du jardin"), la mare et (sans doute) ses insectes, les ruches, des abeilles (encore) et un amphithéâtre où sont projetés de petits films sur les insectes (y compris sur... les abeilles).

60372


La Cité des Insectes nous apprend qu'avant 1789, il est de bon ton chez les nobles de possèder une collection d'insectes (entre autres). La Révolution arrive et ces collections (considérées comme patrimoine national) sont confisquées et rassemblées (en 1793) dans le Muséum National d'Histoire Naturelle (où elles sont classées et répertoriées grâce aux travaux de  Carl von Linné).

60290

 


La Cité des Insectes organise des journées de découverte des insectes (de 10H à 16H) comprenant 2 ateliers de 2H15 ("le rôle des insectes dans l'environnement", "les insectes, source de protéines dans le futur", "le travail des abeilles", etc...). Les animateurs s'adaptent aux différents groupes (3-6 ans, 7-10 ans, collègiens ou lycéens)... Ils affirment qu'ils s'occupent de tout, en plus !

60356


Comme vous le savez, ni les insectes ni les poules n'ont de dents... C'est donc avec une trompe que les abeilles et les papillons sucent le nectar des fleurs pour se nourrir (tout comme la mouche qui, elle, boit les différents liquides qui composent sa nourriture). La trompe du moustique lui permet (en plus) de percer la peau d'un animal (ou la notre) avant de lui sucer un peu de son sang.

60277


Ah, vous commencez à avoir un petit creux vous aussi ! Si vous avez apporté votre repas "tiré du sac", sachez que des aires de pique-nique sont à votre disposition. Sinon, la Cité des Insectes vous propose ses "snacks", plutôt spartiates mais qui ont cependant le mérite de permettre de manger un plat chaud... A moins que vous ne vouliez essayer les insectes grillés ?

60341


A propos de nourriture... Les coléoptères coprophages se nourrissent, comme leur nom l'indique, avec le crotin et les bouses que les mammifères laissent dans les fôrets et les prairies. Certains s'y vautrent, y vivent, y copulent et y pondent leurs oeufs. Du coup, les nombreux antibiotiques utilisés sur les animaux d'élevage déciment ces pauvres insectes coprophages...

60343

 


"Et alors ?" vous interrogez-vous. Et bien, faute d'insectes coprophages, une des multiples conséquences sera que de plus en plus d'éleveurs seront obligés demain de nettoyer les pâturages avec des machines (et oui !). Vous en voulez encore ? Les 3/4 des plantes sont pollinisées par des insectes. Or 80% de ces insectes sont des abeilles (suivez bien, ça va aller vite)...

60352

 


Parmi les abeilles, il existe celles qui vivent en collectivité (dans la nature ou dans des ruches) et les abeilles solitaires. Les autres pollinisateurs sont les bourdons, les papillons et les cétoines. Ajoutez-y les libéllules, les guêpes, les mouches et les fourmis qui pollinisent également les fleurs quand elles viennent pour y chasser d'autres imprudents insectes...

60302


Comme vous le savez déjà (du moins nous l'espérons), l'utilisation de produits chimiques dans l'agriculture "moderne" fait actuellement disparaître une grande partie des insectes pollinisateurs. Pour pallier à ce qui sera un facteur de famine dans le futur, des scientifiques planchent sur des micros-insectes mécaniques (et tentent de mettre au point la pollinisation magnétique par drone).

60329


En dehors des journées d'animations pour la jeunesse, la Cité des Insectes propose des visites guidées de 2 heures pour des groupes d'un minimum de 15 personnes. L'animateur entraine son groupe dans toutes les salles du musée et termine la visite dans la miellerie où il fait déguster le miel récolté sur place (option pour gourmets : l'assortiment d'insectes).

60394


Pendant ce temps-là, chez les fourmis Messor barbarus, les reines fêtent parfois leur 20ème anniversaire. Par contre, les mâles ne vivent qu'un an et meurent tous après l'accouplement. Longues de 12 mm, les fourmis soldats défendent la fourmilière pendant que les ouvrières s'occupent de stocker la nourriture et d'élever les nymphes que la reine a pondues.

60389

 


Avec plus d'1 million d'espèces différentes connues, les insectes sont (de trés loin) le groupe le plus important du règne animal. Ils sont présents partout, aussi bien sur les terres émergées que dans les océans ou les mers (si, si), les lacs ou les rivières, les étangs ou les mares. Ils sont donc les prolifiques gardiens de la planète (et en seront demain, peut-être, les seuls héritiers).

60278

 


La Cité des Insectes laissent entendre que, selon des scientifiques, nous ne connaissons pas plus de 10% des insectes qui sont présents sur le globe. Ils pensent également que, à la vitesse où l'espèce humaine fait disparaître la biodiversité, il est fort possible que nous n'ayons jamais le temps de découvrir ces 90% d'espèces inconnues (c'est tout nous, ça !)

60264


En venant chez Régine et Jim, dans le village de Chaud (commune de Nedde), nous ignorions que des crustacés préhistoriques vivant au fond des océans il y a 350 millions d'années (comme nous l'avons dit plus haut) allaient sortir de l'eau, muter, devenir les 1ers insectes et s'installer partout, indifférents au froid, au chaud, à la sécheresse et (même) à la glace.

60344


Le fragile équilibre de la nature peut aussi reposer sur le paradoxe suivant : comme les insectes ont de très nombreux prédateurs (les reptiles, les oiseaux, les amphibiens et les mammifères), ils compensent les "pertes" qu'ils subissent à l'aide d'une natalité extrêmement forte et maintiennent ainsi leurs effectifs (si nous rompons cet équilibre, les animaux cités ci-dessus mourront donc de faim).

60328

 


Deux mots sur nos amis les frelons européens... Pour agrandir leurs colonies, ces insectes font beaucoup de larves, qu'ils doivent donc nourrir. Ils vont alors chasser (dans la nature et dans les cultures) des chenilles et des insectes ravageurs : ce faisant, ils remplacent haut la main les insecticides chimiques. Ils sont donc utiles mais ont, par contre, le défaut de manger les abeilles !

60374


Nous sentons bien que vous leur préfèrez les bourdons ! Ces pacifiques et excellents pollinisateurs fondent une nouvelle colonie à chaque printemps. Certains imaginatifs pays d'Europe en élèvent désormais pour renforcer les colonies d'abeilles dont, comme chacun le sait bien, les effectifs ont drastiquement déclinés ces dernières années... pour diverses raisons.

60385


Les jardins de la Cité des Insectes sont entretenus sans produits chimiques (ben oui, forcément). Ces derniers ont été remplacés par des "auxiliaires du potager", c'est à dire... des insectes (comme par hasard, Balthazar !). Et de petits tas de pierres et de bois ont été laissés, ici et là, pour leur procurer des abris où se cacher (alors, n'allez pas les déranger s'il vous plait !).

60300


Parmi les insectes que nous devrions aimer (comme des bêtes), il en est un qui se nomme le carabe doré. Les jardiniers connaissent ses qualités, le chouchoutent (amoureusement) et veillent (jalousement) sur sa santé car cet animal à carapace verte (qui est donc pratiquement invisible au milieu de la végétation) se nourrit de doryphores, de limaces et d'escargots (que les jardiniers détestent).

60368

 


A propos de doryphores... la Cité des Insectes nous apprend qu'en 1922, après la guerre qui venait de ravager l'Europe, les USA et le Canada lui ont vendu des pommes de terre pour lui permettre de nourrir ses populations. Mais des doryphores (des insectes qui jusque là n'existaient pas en Europe) étaient hélas présents dans la cargaison (un geste commercial à des... ingrats, en fait !).

60322

 


Egalement inconnu en Europe, le frelon asiatique s'y invite en 2004 : il s'est caché (avec une bande de copains) au milieu d'un container de poteries chinoises, sur un cargo. Cet insecte invasif (dont la progression est de 60 km par an) est malheureusement venu chez nous sans ses prédateurs. De plus (même loin de son nid), il ressent parfois la fâcheuse envie d'attaquer des humains.

60366


Quittons-nous (provisoirement) sur les quelques chiffres qui suivent... la Terre héberge 1 ou 2 individus près) environ un milliard de milliards de fourmis et 240 millions de milliards de termites. Tous vivent paisiblement autour de notre petite communauté d'humains dont le nombre était (au 1 janvier 2019) de 7,637 milliards d'individus... A méditer !

60289


La Cité des Insectes - Chaud - 87120 Nedde - tel : 05 55 04 02 55 - ouvert 7 jours/7, de 10 H30 à 19 H 00, du 1er avril jusqu'à fin août (et du mercredi au dimanche inclus en septembre et octobre). La visite de ce lieu est chaudement recommandé par Le Guide du Routard, Le Petit Fûté, Le Guide Vert et Que faire dans le Limousin?... Pour en savoir encore plus sur La Cité des Insectes, cliquez ici ! 

60373