Vous êtes prêt-e-s ? Notre virée (d'un total d'environ 40 kilomètres) commence à Bourganeuf : nous y empruntons la D940, plongeons plein sud

("on est pas bien là ?" comme le demande Gérard Depardieu à Patrick Dewaere - cliquez ici pour voir la vidéo)

et atteignons Saint-Junien-la-Brégère, notre 1ère destination, où une maigre pincée d'habitations compose encore ce bourg chétif...

0406


Comment imaginer qu'il ait été peuplé de 653 citoyens au lendemain de la Révolution et soit devenu une agglomération de prés de 1.000 habitants en l'an 1886 ? St-Junien-la-Brégère subit ensuite une inflexible hémorragie : sa population aborde le 20ème siècle avec 878 personnes, descend à 379 en 1954 et bascule dans le 21ème avec... moins de 160 âmes ! 

0408


"Mais alors, pourquoi venir ici ?" (vous hâtez-vous de râler)... Et bien, seulement pour y découvrir son église, belle jeunesse blasée ! Admirez donc ce porche couvert, n'est-il pas impressionnant ? Sa décoration intérieure (royale) semble dater du 19ème siècle (dirons-nous instinctivement... au pif donc). Sur l'intérieur de la porte d'entrée, un feuillet attire notre attention...

0407


Dactylographié, son texte en vers dénonce la désaffection de ce lieu de culte (mais... n'est-elle pas trés légèrement liée à la baisse -vertigineuse- de la population mon cher Watson ?)... Le sentier du Pays des cascades (65 km) ne fait, lui, que passer devant l'église (mais permet de rallier Bourganeuf, Faux-MazurasSaint-Junien-la-Brégère et Royère-de-Vassivière en 4 jours de marche).

0405

 


Nous reprenons (lâchement) notre voiture et la D940, dépassons Peyrat-le-Château

(sa plage, son plan d'eau et son château, évoqué par ailleurs par Marchoucreuse 23 - cliquez ici pour en savoir plus),

atteignons Eymoutiers (10 km plus loin), nous engageons sur la D992, jusqu'à l'embranchement qui indique Planchemouton (sur la gauche) et nous arrêtons (sur le petit parking), en extase devant un château...

0399


Face à cette muraille (percée d'un antique portail et encadrée par 2 tours rondes), nous contemplons béatement, en effet, l'élégant château de Beaune. Sa construction démarre en 1636 (à la demande de Philippe I de Romanet de Beaune, seigneur de la Vaeille et archer des gardes du corps du roi de France) et se termine 23 ans plus tard, soit en 1659 (sauf erreur de calcul de notre part évidemment).

0400


Son fils (Philippe II) fait par la suite aménager une des 2 tours en chapelle, laquelle est consacrée en octobre 1695 par l'évèque de Limoges. En 1900, devenu propriétaire du château, le comte de Launay en fait refaire les toitures (merci de noter que ce château est privé et n'est pas ouvert à la visite). Nous prenons la D43 et grimpons désormais vers Planchemouton...

0403


Notre petite route sinue gentiment jusqu'à Beaumont-du-Lac et nous fait ensuite échouer au bord d'une petite perle de sable blanc qui borde le lac de Vassivière et qui porte le joli nom de "plage de Nergout"... C'est à cet endroit (historique) que nous réalisons soudain que nous n'avons pas pris nos... maillots de bain !

0402


Puisse notre mésaventure vous en préserver à tout jamais... "Amen !" nous répondez-vous, en un choeur de douces et cristallines voix vibrantes de reconnaissance. 

0411