Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la ville d'Evaux-les-Bains est pauvre en eau... potable ! En effet, aucune source ne l'arrose et elle ne possède qu'une maigre nappe phréatique. C'est pourquoi, avant que "l'eau du robinet" n'arrive dans les maisons, un porteur alimentait les habitants de la ville à l'aide d'un tonneau juché sur une charrette que tirait un âne.

PEINTURE MURALE


En remontant trés loin dans le passé, nous découvrons que les Romains ont non seulement développés les thermes d'Evaux-les-Bains mais qu'ils y ont également construit un aqueduc. Celui-ci, partant de Noussol et de Fontanières, allait jusqu'à Rentière où les Romains avaient installé un bassin-réservoir. L'eau y était amené par un astucieux canal...

ELEMENTS DU CANAL ROMAIN


Fait de blocs de granite évidé mis bout à bout et recouvert de dalles, il était enterré à 2 mètres dans le sol. Son eau servait autant à alimenter les habitations qu'à refroidir celles des sources chaudes des thermes (qui jaillissaient à 57° et devaient être ramenées à 28°). Le liquide était poussée vers la sortie du canal par la pente et était ensuite distribuée dans des tuyaux.

ETABLISSEMENT THERMAL


Cet aqueduc-canal est découvert en 1920 par Georges Janicaud (conservateur du musée de Guéret) qui retrouve ensuite de nombreux éléments et parvient ainsi à en reconstituer le tracé. Des groupes de blocs de granite taillés par les Romains sont encore visibles de nos jours, ici et là, mais ils ne servent plus désormais qu'à drainer les terrains qu'ils traversent.

GEORGES JANICAUD


Au sud d'Evaux-les-Bains, l'aqueduc passe toujours sous la D996 et sous la voie ferrée (non loin de la gare de Reterre, à quelques... 10 km d'Evaux). La totalité des différents bras de cet aqueduc (tous composés de bloc de granite de 400 kg, patiemment taillés à la main et emboités les uns dans les autres) représente une longueur totale qui avoisinait les... 17 kilomètres.

CARTE


Son dénivelé, qui est de 120 mètres, procurait à l'ouvrage une pente de 7 mètres  par km  (contre environ 0,3 à 1 mètre/km pour d'autres aqueducs romains construits en Gaule). Seul l'emploi par les Romains d'un robuste granite creusois a permis à l'aqueduc d'Evaux-les-Bains de résister à l'érosion continuel de l'eau qui y dévalait extrêmement vite, comme vous l'avez compris ! 

VESTIGES GALLO-ROMAINS


La construction des 17 km de cet aqueduc a plus que probablement été confiée au génie et à l'efficacité de l'armée romaine (cette dernière étant notamment la seule à avoir assez de bras pour assurer la main-d'oeuvre nécessaire à sa réalisation)... Aujourd'hui, ces vestiges sont tout ce qui reste du plus important ouvrage en granite réalisé par les Romains en Limousin !

VESTIGES