Le 14 décembre 2018  (dans la salle de l'Espace Fayolle), 2 membres de Marchoucreuse assistent à une présentation publique du projet Guéret 2040. Au 1er rang, Magali Debatte, préfète de la Creuse, représente l'Etat français, lequel sera le 1er fournisseur des fonds qui devront permettre à la capitale creusoise d'entrer glorieusement dans le futur !

GUERET 2040


Michel Vergnier prend alors place sur la scène où il explique quel a été le travail des différentes commissions, composées de techniciens et de Guérétois motivés. Il dévoile également (avec le même souci du détail) quelles grandes décisions vont révolutionner la ville en 2040 (une année que, prophétise-il gentiment, une partie du public présent dans la salle n'atteindra pas !).

045


Il cède ensuite la place aux dites commissions, lesquelles nous éclairent tour à tour sur les plans de re-dynamisation du coeur de ville, sur la rénovation des facades et des immeubles, sur le déménagement de La Quincaillerie  (qui deviendra une pépinière de "jeunes pousses" du numérique), le tout illustré par un diaporama d'un style résolument futuriste...

044


C'est à ce moment-là qu'un transmutateur spacio-temporel (malencontreusement braqué sur nous, innocents représentants de Marchoucreuse) est accidentellement activé, nous projetant subitement sur la place Bonnyaud... en 2040 ! Et (le croirez-vous) la place est méconnaissable car entièrement remplie de noisetiers, minutieusement alignés en lignes régulières !

VU A GUERET 2


Un robot jardinier s'adresse alors à nous : nous parvenons à comprendre que l'endroit nous est interdit, que nous devons rester chez nous (à profiter de nos rentes, nous dit-il) et que les drones autonomes de surveillance tirent sans sommation sur les êtres-vivants-pillards qui pénétrent sur la plantation... qu'ils s'agissent d'écureuils ou d'humains !

VU A GUERET


Aussi bizarre que cela puisse vous paraître (à nous aussi, rassurez-vous), nous avons (en 2040) un "chez nous" où nous allons nous mettre à l'abri. Là, comme si nous avions fait celà toute notre vie, nous allumons sans problème une plaque tactile, afin de nous renseigner sur ce Guéret méconnaissable dans lequel nous avons été envoyés et, là... quel choc, les amis !

CREUSE COLA 23


Nous apprenons qu'en 2040, les ingrates "jeunes pousses" de La Quincaillerie ont pris le contrôle économique (et politique donc) de la ville et leur Grand Conseil a décidé de développer les activités les plus rentables pour faire rentrer des devises dans les caisses de Guéret Mégapole Indépendante (d'où la présence logique de noisetiers sur la place Bonnyaud !).

BLE NOIR DE CREUSE

 


En effet, l'activité industrielle la plus lucrative de la Creuse étant (en 2040la vente du gâteau Le Creusois, la plupart des terres disponibles sont désormais consacrées à la production de noisettes et de blé noir. De gigantesques laboratoires de fabrication ont alors été aménagés dans les sous-sols de la chaufferie municipale pour y cuire les gâteaux. 

CHAUFFERIE DE GUERET


Et l'élevage des Limousines, direz-vous ? Et bien sachez que (depuis son accession au pouvoir en 2032) le nouveau président de la République française, qui est végan, à interdit la consommation d'animaux. La Quincaillerie s'étant arrogée le monopole du gâteau Le Creusois, la guilde Agriculteurs 23 tente désormais de s'emparer de celui du Pâté de pommes de terre...

LIMOUSINE


A ce moment-là, un technicien de l'Espace Fayolle s'apercoit de la mise en route inopinée du transmutateur spacio-temporel et l'arrête. Nous sommes aussitôt ramenés en 2018, dans la salle où Michel Vergnier termine avec éloquence son discours de clôture. C'est pourquoi (si vous souhaitez ardemment en savoir plus sur Guéret 2040)... 

vous devrez cliquer ici (bon courage !)

GUERET

 


En dehors de la 1ère, Marchoucreuse certifie que toutes les photos qui illustrent ce billet ont été prises à Guéret

(intra-muros ou dans les alentours).