Au sud-est de Montluçon  (dans l'Allier) se trouve la ville de Commentry et, à quelques (minuscules) lieues de là, le bourg de Malicorne vous attend (ne stressez pas ! Nous ne sommes pas très très loin de la Creuse !).

Derrière le médiéval nom de Malicorne se cache une longue histoire de 1000 ans (exactement comme Marchoucreuse les aime !)...

EGLISE DE FORTERESSE


En effet, un château-fort est construit a cet endroit au 11ème siècle. Plus tard, les anglais, qui prennent Montluçon et Commentry, font aussi main basse sur Malicorne. Au 13ème siècle, Guy de Dampierre mène les troupes du roi Philippe Auguste à l'assaut et elles reprennent le tout. Le duché réintègre alors le royaume de France et Malicorne est fortifié...

FORTERESSE MEDIEVALE-DESSIN


Faites de murailles de pierre, de palissades en bois et de larges et profonds fossés, 3 nouvelles enceintes sont ajoutées à celle du château. Propriété des ducs de Bourbon, Malicorne devient ainsi une puissante forteresse, désormais difficilement prenable. Malheureusement, étant érigée sur un terrain plat, elle ne peut éternellement résister...

MALICORNE VU DU CIEL


Six siècles se sont écoulées : les palissades en bois ont disparues, les paysans se sont joyeusement servis dans le fabuleux stock de pierres que constituent les différentes murailles et les fossés se sont peu à peu comblés. De la place forte, il ne reste désormais que la trace des fossés et l'église... que les pieux paysans de Malicorne n'ont pas osé toucher.

CLOCHER


L'église connait cependant un 1er changement en 1883 quand une construction ajourée (en pierre), coiffé d'un petit clocheton, remplace le clocher originel (du 12ème siècle). Le 5 octobre 1932, l'église de Malicorne obtient sans grande difficulté un premier classement (partiel) auprès des Monuments Historiques (2 autres suivront, en 1939 et en 2004)

GRAND VITRAIL


La seconde modification qui est imposée à ce monument historique survient en 1956 : les vitraux moyen-âgeux sont enlevés pour céder la place à de modernes assemblages en verres colorés, lesquels ont été soigneusement réalisés à Limoges. Puis, le 15 décembre 1979, une énorme tempête emporte le clocher (celui de 1883, pour les petits canaillous qui n'auraient pas suivi)...

JESUS


Il est alors refait à l'identique (en atelier) par maître Méritet, un charpentier du bourg voisin de Montvicq. La charpente en chêne et la couverture en bardeaux de chataignier sont ensuite mis en place en 1981. Pour finir, aprés 112 ans de bons et loyaux services, l'horloge rend l'âme et doit être changée en août 1997... Mais, boudiou, que reste il donc de la forteresse ? 

EGLISE