Au sud de Pontarion, la petite D13  conduit les automobilistes à La Martinèche, puis à Soubrebost, à Morterolles et, enfin, à Saint-Pardoux-Morterolles. Arrivés là, nos automobilistes se demandent soudain pourquoi Marchoucreuse les a amenés dans ce coin perdu... Parce que, belle jeunesse, c'est un lieu marqué par l'Histoire avec un grand H !

chemin


Le 27 juin 1944, des containers pleins d'armes et de munitions sont parachutés à cet endroit. Une autre "livraison" est faite le 1er juillet, suivi d'un parachutage tous les 2 jours jusqu'au 16 juillet... Furieuse, l'armée allemande envoie alors une unité (très) spéciale (recrutés en Europe de l'est) pour faire le ménage vers Saint-Pardoux-Morterolles...

sous bois


Il s'agit de la Légion des Tatars de la Volga  (appartenant à la 162ème division de la Wehrmacht) qui est spécialiste dans la lutte contre la résistance. Ses hommes ont donc été chargés de récupérer les armes et d'éliminer les bandes de "terroristen" ! Le 17 juillet, ils commencent par capturer le FTP Eugène France  (lieutenant des Francs Tireurs et Partisans)...

muret


Ils le fusillent 2 jours après et poursuivent leur opération de "nettoyage" en fonçant sur le village de Nadapeyras où un groupe de résistants est en train d'essayer d'évacuer les nombreux containers d'armes. Les Tatars arrêtent Henri Faure  (qui est maire de Soubrebost et membre de l'Armée Secrète), ainsi que Lucie Gasnier et Paul Vacheron.

Soubrebost


Les résistants sont pris alors qu'ils convoient les containers (chargés sur des charrettes que tirent de lents attelages de boeufs). Faure et Vacheron sont aussitôt exécutés tandis que Lucie Gasnier parvient (provisoirement) à leur échapper. Le lendemain, la légion Tatare se venge : elle incendie Nadapeyras et capture l'époux de Lucie, ainsi qu'un autre FFI nommé Prétot.

charrette


Gasnier et Prétot vont subir le déchaînement de sauvagerie des Tatars de la Wehrmacht avant d'être massacrés. Après la guerre, des stèles commémoratives sont érigées pour rendre hommage à cette femme et à ces hommes de l'ombre, ces courageux patriotes creusois qui n'ont pas eu le temps de voir fuir l'ennemi ni la Creuse retrouver sa liberté !

Eugene France