Pendant que, pour certains, s'égrène lentement un maussade dimanche de février (télévisuel et bourré de sournoises grignoteries), il devient pour d'autres un dimanche sucré (suavement culturel, avec de vrais morceaux intenses). Tout ça pour vous dire que nous sommes aujourd'hui 200 (selon Marchoucreuse 23) à être venus écouter Anny Dupeyrey à Guéret...

P1220992


La grand salle de la mairie est bondée et Thierry Bourguignon (le 1er adjoint au maire) est là, lui aussi. Une journaliste de France Bleu Creuse a également fait le déplacement, ainsi que plusieurs photographes de presse... fichtre bigre, dites donc. Dans le fond de la vaste pièce, les chaises manquent et les bénévoles de Masquarades en grapillent désespérément ici et là.

LA FOULE


Un jeune homme (pâlichon) et une guitare (sèche) prennent place sur la scène et, avant de jouer (l'un de l'autre), le jeune homme explique que c'est la première fois qu'il se produit en public et qu'il est ému de chanter des textes de sa composition devant tant de monde. La guitare (qui ne dit rien) se fait mélodieuse et la voix du jeune homme se fait agréable et douce.

GUITARISTE


Ses 3 chansons nous font agréablement patienter jusqu'à l'arrivée de François Soustre, Sylvain Dufour et Anny Dupeyrey qui prennent tous les 3 places dans de moelleux fauteuils (eux). Séverine Pateyron, la jeune et dynamique présidente de Masquarades, nous explique alors que son association se bat pour redonner vie au vieux théâtre de Guéret.

LA PRESIDENTE DE MASQUARADES


Anny Dupeyrey présente ensuite ses partenaires (François Soustre et Sylvain Dufour pour ceux qui ont suivi) et le programme, dont la 1ère partie va évoquer la vie de Colette de Jouvenel "une femme de l'ombre remise en lumière" (effectivement, elle est fille de l'écrivain Colette mais a également été une résistante corrézienne, une féministe résolue et une journaliste intrépide).

P1220994


La 2nde partie nous fait quitter la Corrèze et la résistance pour nous faire revenir en Creuse autour de succulents (et truculents) textes, évoquant la vie rurale (et les beautés paysagères d'un pays qui possède ce qu'il faut pour être, à lui seul, un immense et authentique jardin). Anny Dupeyrey nous lit également un savoureux texte de son cru (sur les poules qui ne couvent plus).

AFFICHE

 


La séance de lecture d'Anny Dupeyrey (la fée et la marraine de Masquarades) se termine par une intervention de la présidente de l'association qui réaffirme que les bénévoles et elle vont tout faire pour permettre à ce bon vieux théâtre à l'italienne de Guéret de revivre. Elle nous rappelle également que tous les bénéfices du jour vont servir ce noble objectif. 

THEATRE