Quand Aurélie nous a proposé d'aller au concert "hommage à Pink Floyd" que le groupe The Rolling Waves allait donner dans la nouvelle salle Apollo de Dun-le-Palestel, nous étions excités comme des puces (autant vous l'avouer) mais nous avions aussi terriblement peur d'être déçus. Et bien (autant également vous l'avouer)... nous avons passé une superbe soirée !

001


Après avoir donné notre billet à une employée de la MJC (de La Souterraine), nous allons nous asseoir parmi les quelques 250 personnes qui attendent dans la salle. Nous profitons de cette attente pour vous dire que l'Apollo (de Dun-le-Palestel) vient de faire "peau neuve" grâce (entre autres) aux sous du Fond de Soutien à l'Investissement Public Local  (l'état donc).

002


Dun-le-Palestel a également reçu l'aide de la Communauté de Communes du Pays Dunois et celle du Conseil Départemental de la Creuse. Le 22 septembre 2017, Laurent Daulny (maire de Dun) a invité Philippe Chopin (préfet de la Creuse) et son ami François Baroin  (maire de Troyes et propriétaire du château de Saint-Sulpice-le-Dunois) pour inaugurer la salle...

004


Chut ! The  Rolling Waves entrent en scène ! Les premiers sons qui sortent des enceintes sont purement "floydiens"... nous sommes (un peu) rassurés. Avant le concert, Aurélie nous a dit que le batteur est trés jeune, que David  (le chanteur) est le frère de Julie  (la chanteuse) et que cette dernière est la petite-amie du guitariste (il fallait bien que vous le sachiez !)

003


Le groupe, qui a maintenant enchaîné (plus qu'honnêtement) plusieurs morceaux instrumentaux, avoisine les 98,34%  (à tous les coups, les puristes vont nous reprocher de ne pas avoir utilisé 3 chiffres après la virgule) de fidèlité à Pink Floyd mais nous n'avons toujours pas entendu le timbre de la voix de David  (le chanteur, donc), ni celle de Julie... Ah, ça y est : ils s'y mettent !

005


Le chanteur tient proprement la route et sa voix n'a (selon nous) rien a envier à celle de David Gilmour  (si vous voulez, vous pouvez l'écouter sur You Tube). Quant à la chanteuse (Julie, vous vous souvenez ?), elle nous a fait, ce soir là, la démonstration qu'elle est capable de faire jeu égal avec les Darlene, Carmen, Phyllis, Donnie et autres choristes du Pink Floyd

008


Nous félicitons le programmateur du Centre Culturel Yves Furet qui a eu la bonne idée de faire jouer ce groupe (français au demeurant) à Dun-le-Palestel, une commune riche d'une honorable communauté anglo-saxonne. Nous espérons que (comme nous) ses membres ont salué la prouesse de The Rolling Waves, exécutée sans les moyens colossaux de Pink Floyd.

009


Aurélie  nous a affirmé que la Communauté de Communes du Pays Dunois veut multiplier les spectacles et les concerts dans la salle de Dun-le-Palestel mais nous n'avons rien vu de tel sur le site de l'Apollo :"aucun concert n'est programmé" y lit-on (ça n'a rien à voir mais Aurélie a remarqué que le jeune batteur du groupe se laisse pousser la barbe... whaou, elle voit tout Aurélie !).

006


Comme nous sommes entre nous, nous pouvons tout nous dire, non ? Alors voilà : nous avons désespérément cherché dans Dun-le-Palestel un café pour y manger un morceau avant le concert mais nous n'avons rien trouvé d'ouvert (le seul endroit accessible après 19H00 est la buvette de l'Apollo... mais nous ne l'avons découverte qu'en arrivant dans la salle. Dommage !).

010


Marchoucreuse 23 tient à remercier Patrick, de La Celle Dunoise, qui nous a rappelé que Pink Floyd a jadis enregistré un album à Pompéi  et nous a ainsi donné l'idée du titre de ce billet (pour le remercier, nous lui offrons cette phrase de Syd Barrett, extraite d'Astronomy Domine : "Blinding signs flap flicker flicker, blam pow pow, stairway scare Dan Dare who's there..."). Voilà, c'est tout !

011