Le bourg de Dun-le-Palleteau est relié à Argenton-sur-Creuse par un service de diligences chargé d'acheminer les lettres et les paquets. Ces voitures appartiennent à des marchands de beurre (et oui !) qui font régulièrement le trajet et qui, en plus de leur marchandise, ont accepté ce convoyage de manière très intéressée, tout à fait officieuse et... très aléatoire.

DILIGENCE


Les habitants de Dun-le-Palleteau se plaignent donc de l'incroyable irrégularité de ce service, et notamment de celui d'un certain Choret de Ceaulmont qui continue de transporter le courrier malgré l'opposition de la population... Qui plus est, il en demande une contrepartie financière excessive ! Le juge-bailly de Dun décide alors de mettre bon ordre à cette affaire...

ENSEIGNE DUNOISE DISPARUE


Il fait rechercher une personne de "bonne probité, vie et moeurs pour porter et apporter des villes de Châteauroux et Argenton toutes lettres, paquets et argent allant et venant de ce bourg dans les différentes villes du Royaume par les postes de diligence et messagerie des dites villes". Le juge-bailly prend l'avis de la communauté du bourg et choisit Jean Genevoix.

CHEVAL


Jean Genevoix, marchand-voiturier à Dun, accepte de bon gré d'assurer ce service chaque mercredi vers Argenton et Châteauroux et dans l'autre sens, vers Dun, chaque vendredi. Il est autorisé à percevoir 1 sou par lettre ou papier, 4 deniers par livre d'argent convoyée, et 1 sou par livre de ballot, sommes auxquels s'ajoutent les droits de poste royale et de diligence.

DUN-BUREAU POSTE ACTUEL


Il s'engage par ailleurs à ne pas exiger de sommes plus importantes... sous peine d'avoir à les rembourser au quadruple ! Jean Genevoix devra également accrocher sur la façade de sa maison un écriteau indiquant "Bureau de la Poste et Messagerie". C'est donc ainsi que, le 4 juin 1784Jean Genevoix devient le 1er postier de Dun-le-Palleteau !

BRUME DUNOISE