Lorsque vous irez voir l'église perchée de Glénic (à environ 7 kilomètres au nord de Guéret), vous découvrirez (au dessus de son portail d'entrée) une alcôve qui abrite une statuette en pierre. Elle représente la Vierge, son enfant et un livre ouvert. Une légende locale affirme que cette belle sculpture avait autrefois la fâcheuse habitude de s'envoler la nuit (grâce à ses ailes invisibles).

002


La fugueuse partait rendre visite à une autre Vierge en pierre qui nichait dans la chapelle de La Borne. Heureusement, à l'aube, la petite statue volante regagnait son logement. Mais les habitants de Glénic (qui avaient remarqué ses allées et venues) craignirent qu'un beau matin elle ne revint pas. Les vieilles et les vieux de la paroisse se réunirent et prirent alors une ferme décision...

001


Ils firent sceller une robuste grille en acier à l'entrée de l'alcôve pour empêcher la statue volante de vagabonder de nouveau chez sa copine de la chapelle. La Vierge de Glénic en eut beaucoup de chagrin et elle pleura toutes les nuits pendant des années et des années. Avec le temps, ses larmes firent rouiller la grille et la rongèrent de plus en plus.

003


Au début du 20ème siècle, les habitants de Glénic décidèrent de retirer les derniers moignons désagrégés de la grille. Aujourd'hui, ils affirment que la Vierge est devenue bien trop vieille pour pouvoir s'envoler (MARCHOUCREUSE conseille cependant aux pieux glénicois de s'assurer que, désormais, la belle reste bien dans sa niche la nuit. Il suffit pour celà de monter la garde jusqu'à l'aube... Si, si !).

004