Lorsque l'ordre de mobilisation est lancé, en août 1914, Marc Bloch est professeur au lycée d'Amiens. Blessé, le sergent Bloch est démobilisé. Il revient du front avec le grade de capitaine et est décoré pour ses faits d'armes. Il entre ensuite à l'université de Strasbourg comme maître de conférence puis, en 1930, reçoit la chaire d'histoire économique et sociale de la Sorbonne, à Paris...

MARC BLOCH


Il achète alors une maison de campagne à Bourg-d'Hem, en Creuse, où il passe ses vacances (et participe aux travaux de la Société des Sciences de la Creuse). Etant père de 6 enfants, le capitaine Bloch est théoriquement exempté de mobilisation en 1939 mais il se porte volontaire et part de nouveau combattre. Il revient en 1940 et se réfugie en Creuse pour échapper aux nazis.

BOURG D'HEM


A ce moment là, les USA lui proposent une chaire aux Etats-Unis mais (comme ses fils ne peuvent obtenir de passeport) il décline l'offre. Il enseigne ensuite à l'université de Clermont... jusqu'à ce que les lois du gouvernement de Pétain interdisent aux juifs d'enseigner : Marc Bloch perd alors son emploi. Puis, en novembre 1942, les allemands occupent la zone sud...

BOURG D-HEM


Marc Bloch vient alors se réfugier dans sa maison de Bourg-d'Hem. En 1943, les lois anti-juives lui interdisent désormais de publier. Il prend alors un pseudonyme et écrit pour la Société des Sciences de la Creuse un article sur "Les balbutiements du cadastre en Limousin à la fin de l'ancien régime" (et se lie d'amitié avec Louis Lacrocq, son voisin de La Celle Dunoise).

PONT


Puis, Marc Bloch part à Lyon où, vers le mois d'avril 1943, il entre dans la résistance. Il en devient un des dirigeants, doit se cacher et, par prudence, change sans cesse de nom. Autour du mois de mars 1944, une rumeur selon laquelle il aurait été arrêté se répand... La rumeur est fondée et, le 16 juin 1944, après avoir été torturé, Marc Bloch est exécuté par la Gestapo.

COULEURS D'AUTOMNE


En 1944, le fils ainé de Marc Bloch entre dans Paris parmi les combattants de la division du général Leclerc. Le second, passé en Afrique du Nord en 1942, est parachuté dans un maquis où il combattra bravement. Quant au troisième, il se bat comme résistant au sein d'un réseau des Forces Françaises de l'Intérieur...

COULEURS D'ETE


Après la Libération, un corps dont les papiers indiquent qu'il se nomme Narbonne est retrouvé au milieu des victimes de la Gestapo lyonnaise. Or Narbonne est l'un des 4 noms de résistant qu'utilisait Marc Bloch : il s'agit donc, à l'évidence, du cadavre de celui qui a été un héros des 2 guerres, un résistant, un historien, un maître de chaire et le père de 6 enfants... Marc Bloch.

LAC DU BOURG D-HEM EN ETE


Le corps de Marc Bloch est ensuite ramené en Creuse et inhumé à Bourg-d'Hem. La cérémonie rassemble un représentant du préfet de la Creuse, le secrétaire départemental des Anciens Combattants, un professeur honoraire agrégé, le Conseil municipal de Bourg-d'Hem, des associations d'anciens résistants et un détachement militaire qui lui rend les honneurs.

LAC DU BOURG D-HEM EN AUTOMNE


"Etranger à tout formalisme confessionnel comme à toute solidarité prétendument raciale, je me suis senti durant ma vie entière trés simplement français. Attaché à ma Patrie par une tradition familiale déjà longue, nourri de son héritage spirituel et de son histoire, incapable en vérité d'en concevoir une autre où je puisse respirer à l'aise, je l'ai beaucoup aimée et servie de toutes mes forces".

EGLISE BOURG D-HEM


"Je n'ai jamais épprouvé que ma qualité de juif mît à ces sentiments le moindre obstacle. Au cours des 2 guerres, il ne m'a pas été donné de mourir pour la France. Du moins puis-je, en toute sincérité, me rendre ce témoignage : je meurs comme j'ai vécu, en bon français". (Extrait du testament de Marc Bloch qui fut lu au cours de son enterrement à Bourg-d'Hem).

SOUS BOIS