Nous sommes en retard ! Nous descendons fiévreusement vers la place Varillas. La sono transperse les façades. Nous reconnaîssons la voix du député-maire Michel Vergnier qui prononce ces mots : "Nous n'avons pas peur !". Nous repensons alors à cette caissière angoissée qui, il y a quelques heures à peine, nous affirmait préfèrer rester chez elle plutôt que d'aller au concert de Murray Head au lendemain de l'attentat du 14 juillet 2016, à Nice.

001Lorsque nous arrivons, le devant de la scène est bondé. Quant à nous, même à l'autre bout de la place, nous avons l'impression que le batteur nous tape sur la poitrine. Murray entame "Mademoiselle" (un slow) : le batteur reprend son souffle. Nous trouvons un coin tranquille d'où nous voyons bien la scène. Soudain, nous tournant le dos, un inoubliable gaillard de 2 mètres se pose devant nous et nous bouche la vue. Nous le reconnaissons : c'est un policier en civil.

002Arrivent ensuite 2 policières en tenues qui l'embrassent avant de poursuivre leur ronde. Autour de nous, les buveurs de bière papotent sans se soucier de la musique. Un autre policier en civil arrive, serre la main de son collègue et poursuit son chemin. Un couple vêtu de tee-shirts noirs marqués SECURITE fend discrètement la foule. Le septuagénaire Murray Head enchaîne les morceaux. Un groupe de la Sécurité Civile traverse le public en file indienne.

003

Caché derrière son objectif, un photographe du journal La Montagne fait des portraits de spectateurs tandis que son collègue prend plaisir à raconter des anecdotes au policier en civil qui stationne devant nous. Puis, subitement, les 2 photographes s'éclipsent. Le policier part aussi et nous libère la vue... Parfait. Murray Head interrompt alors son concert et demande au public d'observer une minute de silence à la mémoire des victimes de l'attentat de la veille.

005

Puis, le chanteur franco-britannique reprend son concert. Juché sur de solides épaules, il parcoure ensuite la foule en entonnant un de ses succès. De retour sur scène, il enchaîne avec Say It Ain't So Joe que le public reprend (phonétiquement) en choeur. Les 2 policières en tenues repassent, suivies de loin par la file indienne des secouristes. La caissière est peut-être déjà endormie devant sa télé. Le concert se termine. Il fait frisquet ce soir.