Louis-Philippe, "roi des français", fait déporter (oups, pardon...) exile en Creuse le bouillonnant progressiste Pierre Leroux. En 1843, Leroux devient éditeur à Boussac (où il crée une communauté d'intellectuels écolos dont George Sand fait partie). Ce groupe édite des bulletins politiques qu'il diffuse à Guéret, à Bourganeuf et à Aubusson (mais les ouvriers-maçons ne s'y intéressent pas).

Pierre_Leroux


En 1848, la Creuse épouse pleinement la cause de la République et (accrochez-vous...) vote à 94,8% pour Louis Napoléon Bonaparte. Puis, en 1852, les creusois approuvent tout aussi massivement le retour à l'empire. Beaucoup de maçons creusois sont devenus areligieux, voire carrément anticléricaux. Gambetta nomme le maçon Martin Nadaud préfet de la Creuse en 1870...

Louis Napoleon Bonaparte


Pendant ce temps, à Paris, un grand nombre d'ouvriers et artisans creusois (suspectés d'avoir participé à la Commune) sont arrêtés. En Creuse, les idées républicaines progressent et Martin Nadaud est élu député de Bourganeuf en 1876. Puis, pendant les décennies qui suivent, le département se radicalise : un courant révolutionnaire y voit le jour et l'anticléricalisme devient même militant.

Martin Nadaud


Toutefois, le laïcisme des enseignants "scientistes", des libres-penseurs et des francs-maçons n'a, en 1905, pas totalement éradiqué le culte des saints (évoquer Dieu devant eux reste possible mais dire du bien du clergé déclenche irrémédiablement leur colère). En 1910, le franc-maçon René Viviani est élu député à Bourganeuf et la Creuse glisse alors doucement vers le socialisme...

René Viviani


Aprés la 1ère guerre mondiale, la Section Française de l'Internationale Ouvrière y règne en maître. Puis, au début des années 1930, elle cède la place au Parti Socialiste. En 1936, la population se fait représenter par 3 députés socialistes et 1 radical.  Cependant, le Parti Communiste Français fait une importante percée à Aubusson et à Bourganeuf.

Section Francaise Internationale Ouvriere


La crise, qui vient de détruire 78% des emplois dans les industries minières, lainières et de pelleterie, explique cette soudaine poussée électorale. A cela s'ajoute la misère des paysans : l'effondrement des cours nourrit, chez eux aussi, le vote protestataire qui profite aux extrêmes... En 1939, le candidat de Défense Paysanne (extrême-droite) est ainsi élu à Aubusson.

ancien logo du Parti Communiste Francais


Pendant l'occupation, la plupart des creusois choisissent une prudente indifférence. En 1941, Guéret et Aubusson se contentent de recevoir poliment le maréchal Pétain. Mais en 1943, avec la création du Service du Travail Obligatoire, les jeunes creusois préfèrent s'engager en nombre dans la résistance plutôt que de partir dans les usines d'armement de l'Allemagne nazie.

Gueret-Chateau de la Senatorerie


Fin juin 1944, une administration civile (issue de la résistance) est mise en place. Des élections législatives ont lieu le 21 octobre 1945 (auxquelles les femmes participent pour la 1ère fois). En Creuse, le Parti Communiste arrive en tête avec 33%, suivi par le Parti Socialiste qui obtient 28% (l'Union Démocratique et Sociale de la Résistance recueille 27,8%). Aucune liste de droite n'est présente.

Maurice Thorez-PCF


En 1956, le Parti Communiste, avec 46,9% des voix, obtient 2 des 3 sièges de députés creusois (celui de Guéret revenant au gaulliste Olivier de Pierrebourg, qui le conservera jusqu'en 1973). Puis, le Parti Communiste décline (en 1968, il pèse 27,8% et en 1988 redescend à 11%). L'électorat creusois redevient  fidèle au Parti Socialiste (qui, en 1988, a les 2 députés et les 2 sénateurs dévolus à la Creuse).

logo du Parti Socialiste


Toutefois, dans la dernière décennie du 20ème siècle, les partis modérés du centre et ceux de droite n'hésitent plus à présenter des listes partout et, sur l'ensemble de la Creuse, leurs candidats reçoivent les suffrages d'environ 45% des électeurs. Puis, en 2015, le Conseil départemental de la Creuse vire à droite (avec 16 élus contre 14 pour la gauche).

logo de Union Majorite Presidentielle


En 2016, Eric Jeansannetas (sénateur), Jean-Jacques Lozach (sénateur) et Michel Vergnier (LE député) sont les 3 élus de la Creuse et ils sont tous les 3 membres du Parti Socialiste. Mais... "quelle sera donc la couleur politique de la Creuse en 2017 ?" (si vous avez l'impression d'avoir déjà vu cette phrase quelque part, c'est normal : c'est le titre du texte que vous venez de lire !).

Michel Vergnier