Vers le 7ème siècle, là où un gué permet de traverser facilement la Creuse, un moine fait ériger une minuscule chapelle (dédié à Saint Pierre)...  une "cella" en latin. Le village qui grandit autour prend très simplement, par la suite, le nom de La Cella. Le temps s'écoule puis, autour de 1154, les seigneurs de La Cella se font construire un château fort à Bouery 3 km de La Cella).

06


Ils font également raser la chapelle initiale et, sur le même emplacement, font édifier une petite église qu'ils ornent de leurs armoiries. Ils assistent à l'office et s'y font enterrer. La Cella est désormais devenue un lieu de passage...

(les marchands qui viennent du Berry franchissent la Petite Creuse au péage de Malval, viennent ensuite franchir la Creuse au gué de La Cella et continuent vers Limoges).

01


Pendant la Guerre de Cent Ans, les cellois trouvent que le château de Bouéry est trop éloigné pour bien les défendre. Il est alors décidé de fortifier l'église : le clocher est transformé en une sorte de donjon défensif (avec des meurtrières) et une tour de guet est ajoutée sur le côté nord. Vers 1500, le château de Bouéry est détruit (il n'en reste rien, si ce n'est un hypothétique souterrain).

04


Au 15ème siècle, les seigneurs de La Villatte se font construire une chapelle et la font accoler au nord de l'église : elle leur est strictement réservée et ils s'y font enterrer. En 1544, les seigneurs de La Celle s'en font également construire une (accolée au sud) aux même conditions. Trois siècles s'écoulent et, en 1862, l'abbé Lascaux trouve subitement l'église trop petite...

05


Il argue du fait que les cellois sont désormais presque 2000 et ne peuvent donc plus tenir tous dans l'église ! Il obtient que 2 maisons, appuyées à l'église, soient rasées et la nef agrandie. Le portail nord (du 12ème siècle) est condamné et un autre est ouvert sur la rue. Quatre ans plus tard, l'abbé Bertrand obtient de son père (notaire et maire de La Celle) d'autres modifications...

03


La tour de guet qui date de la Guerre de Cent Ans (et qui servait de sacristie) est détruite. A sa place est érigée une 3ème chapelle, dédiée à Sainte Germaine, laquelle a été canonisée l'année précédente. Telle une excroissance, une nouvelle sacristie est alors reconstruite à l'extérieur de l'église. Puis, en 1879, les très anciennes fresques du plafond du choeur ne sont pas rénovées...

07


Elles sont carrément recouvertes par une nouvelle fresque : celle-ci est l'oeuvre d'Albert Bertolletti, un artiste venu de Périgueux. Parmi les authentiques trésors de l'église de La Celle Dunoise figure, à l'extérieur, un petit monument funéraire gallo-romain qui, scellé à l'envers, a été recyclé en Pierre des Morts (une sorte de reposoir à cerceuils servant pendant les cérémonies funéraires).

08


A l'intérieur, une niche protégée par de gros barreaux contient une statue en bois qui a été sculptée il y a environ 500 ans. Mais, en 1921, seuls l'abside du choeur et le portail du 12ème siècle sont classés monuments historiques. Ce n'est qu'en 1988 que cette église est intégralement inscrite à l'inventaire supplétif des Monuments Historiques.

10


Le 12 juillet 2015, Claude Landos, Maire de La Celle Dunoise, et Jean-Claude Boisdevesy, délégué de la Fondation du Patrimoine en Limousin, signent une convention de souscription publique pour la restauration de l'église de La Celle Dunoise. Les réparations concerneront des pièces de charpente, la réfection de la toiture en ardoises et les gouttières.

02


Le coût de ces travaux sera de 171.792 € : 25% à la charge de la région et 16,4% à celle du Conseil Départemental de la Creuse (soit un total de 41,4%)La Celle Dunoise va donc devoir trouver les quelques 125.00 € qui manquent (au passage, nous vous rappelons que vos dons sont déductibles à 75% de votre Impôt sur la Fortune... Par contre, vous ne pourrez pas vous faire enterrer dans l'église).

09