Voilà : vous avez assisté au spectacle du Scénovision, avez visité sa basilique et son jardin aromatique et vous vous lamentez maintenant sur ce que vous allez bien pouvoir faire dans ce très très très paisible bourg de Bénévent-l'Abbaye. Chère lectrice, cher lecteur, sachez que vous êtes moralement mûrs pour découvrir le vrai visage de ce pays...

693


Ce "vrai visage" se trouve dans la campagne environnante et vous pouvez (oui, vous pouvez !) le découvrir à l'aide de (non pas 1 ni 2 mais) 4 sentiers de 5 à 11 km qui partent tous de Bénévent-l'Abbaye (oui madame, oui monsieur !). Comme tous les petits chemins locaux, ils sont balisés en jaune. Ils portent les jolis noms de B1, B2, B3 et B4 (avec un B comme jaune banane, mais oui, c'est celà !).

694


L'un d'entre eux vous emmènera sur le Puy du Gaud (que certains gaillards préfèrent nommer Puy de Goth) à 546 mètres d'altitude (en hiver comme en été). Une très artistique "table panoramique" vous permettra de vous amusez à comparer le talent du dessinateur avec les points minuscules que vous devez (normalement) voir loin à l'horizon... Enfin, bref, il y a là-haut un très beau panorama !

700


Parfois, ces modestes chemins communaux naviguent de concert avec les longs et prestigieux Chemin de Saint-Jacques de Compostelle (et autre GR 654) ou, ici et là, croisent fièvreusement de nerveuses pistes de VTT. A part la courte montée du Puy du Gaud, il n'y a pratiquement pas de dénivellés autour de Bénévent. Inutile donc de geindre avant d'avoir mis vos chaussures !

702


Si vous trouvez que c'est encore trop, suivez nous sur les proches, plates et paisibles rives de la Gartempe, précisément là où 2 communes parfaitement distinctes n'en forment qu'une seule : il s'agit de Saint-Pierre-de-Fursac et de Saint-Etienne-de-Fursac ! Telles de tentatrices sirènes, 6 gentilles boucles balisés (en jaune, oui, nous savons) de 3 à 18 km vous y attendent.

704


Depuis le 11ème siècle, les paroisses de Saint-Pierre et de Saint-Etienne dépendent chacune d'une seigneurie différente. En 1360, au traité de Brétigny, la ligne de partage entre les possessions anglaises et françaises passe exactement entre les 2 communes qui, jusqu'à la Révolution, n'utiliseront pas les mêmes poids ni mesures. Arrivent alors 1790 et le découpage communal...

709


La République décide que ces 2 paroisses (et leurs 2 églises) seront réunies pour devenir... 2 communes séparées (nous ne sommes pas vraiment certain d'avoir tout compris). Mais revenons à nos 6 balades : elles sont répertoriées de F1 à F6 (avec un F comme "fastoche", voyez-vous). De Fursac, vous n'êtes plus qu'à 1566 km de Saint-Jacques de Compostelle. Courage ! Tenez bon !

713


Lors de vos 6 promenades parsemées de vues imprenables, vous aurez certainement en tête le riche passé gallo-romain de ces lieux où se trouvait un atelier de frappe de monnaies. Vous garderez aussi à l'esprit qu'Adémar de Chabannes y est né en 988 et que son Historiae nous éclaire sur l'origine des Francs et sur l'histoire du moyen-âge jusqu'en 1028. Ne nous décevez pas !

716


Bon, sinon, il paraîtrait qu'il paraît que ce pays est celui des eaux vives... (pour nous, la Gartempe est une rivière sacrément pas vive, crénom d'crénom !). Nous engageons donc nos lecteurs de bonne volonté à bien vouloir nous affranchir (quelquechose a certainement dû nous échapper). A 3 km de Fursac (et de ses 2 églises), se trouve Paulhac et sa commanderie des Templiers (dont il ne reste plus que l'église)...

718


Vous voulez une autre histoire rigolote ? En 1824, Paulhac est rattachée à Saint-Etienne-de-Fursac. Pendant 61 ans, les habitants de Paulhac font des pieds et des mains pour retrouver leur autonomie communale et l'obtiennent en 1885. Malheureusement pour eux, la décision n'a jamais été appliquée. Vive la Communauté de communes des Eaux-vives !

719


Pour finir, nous vous proposons d'aller vous balader du côté de Marsac. Nous n'y avons pas trouvé de plan avec des itinéraires balisés mais ces promenades existent (notamment vers Arrènes mais, là, ça monte sévère !). Une petite dernière anecdote et, après, nous vous libérons (c'est promis)... Dans l'église de Marsac, nous rencontrons un homme et une femme...

722


Ces 2 bénévoles sont en train de traquer les toiles d'araignée avec une "tête de loup". Comme nous avons remarqué qu'une dalle du sol de l'église est le couvercle d'une tombe, nous demandons aux chasseurs de toiles d'araignées s'il savent qui à été enterré là, sachant qu'habituellement ce sont les seigneurs ayant fait des dons à leur église qui ont droit à cette place...

727


Leur réponse confuse nous apprend seulement que le cercueil est vide et que, à la révolution, les républicains ont tués le curé de cette église. Après avoir observé les sculptures du couvercle de la tombe, il nous semble évident que cette sépulture est celle d'un ecclésiastique. Un doute nous assaille alors : ces 2 bénévoles nous aurait-ils fait... marcher ?

725

698

710