En ce temps là (jadis autrefois), le comte de la Marche tenait en son château de Saint-Germain-Beaupré son ogre de fils. Ce dernier était hideux, velu de la tête aux orteils, louchait, avait des dents pointues comme les lames des couteaux Lou Creuse et aimait (à l'occasion) dévorer de la chair humaine crue. Or, un jour, le fiston décide qu'il est temps pour lui de prendre épouse.

DOMAINE ET CHATEAU DU COMTE DE LA MARCHE


Sa mère tente de lui dire qu'il sera difficile pour lui de trouver une jeune fille qui l'accepte... Le monstre gronde alors que si elle ne lui trouve pas rapidement une épouse, il la dévorera. La mère (effrayée) part aussitôt vers les Monts d'Ambazac où vit son ancienne servante et ses 3 filles. Elle la supplie de convaincre une de ses filles d'épouser son ogre de fils (mais néanmoins futur comte).

VERS LES MONTS D AMBAZAC


L'ancienne servante refuse mais, face au chagrin de la comtesse, finit par accepter et lui laisse son aînée. Sur le chemin du retour, la comtesse et la jeune promise croisent une vieille (courbée par les ans) qui demande à la jeune fille pourquoi elle quitte la demeure familiale. Orgueilleuse et méprisante, la jeunette lui répond que, bientôt, elle deviendra la future comtesse de la Marche.

INTERIEUR DE CAROSSE


Le lendemain, le comte organise très rapidement la cérémonie du mariage (car aucun comte n'aurait laissé passer une si belle occasion de marier son monstrueux fils à une jeune fille que l'ambition aveugle). Une fois mariés et rendus dans la chambre nuptiale, la jeune épouse découvre (avec horreur) que son mari (en plus de loucher et d'avoir les dents pointues) est monstrueusement velu de la tête aux orteils !

OGRE


Elle fait une horrible grimace... Vexé, son ogre de mari la dévore. Le matin venu, il ordonne à sa mère de lui trouver une nouvelle femme. La comtesse s'empresse d'acquiesser et retourne voir son ancienne servante, dans les Monts d'Ambazac. Elle propose de la payer si elle accepte de lui confier sa 2nde fille. Sitôt dit, sitôt fait : la comtesse et la 2nde fille se mettent en route.

INTERIEUR DE LA DEMEURE DES 3 SOEURS


Elles rencontrent alors la même vieille (courbée par les ans) qui veut mettre en garde la jeunette. Mais cette dernière, aussi méprisante que sa soeur aînée, ne pense qu'à son statut de future comtesse. Et, effectivement, elle est mariée dés le lendemain au fils du comte. Comme sa soeur aînée, sa grimace horrifiée blesse son ogre de mari qui décide de la dévorer (toute crue).

MARIAGE


A l'aube suivante, le colérique jeune homme exige que sa mère lui trouve une 3ème épouse. Terrifié, la comtesse retourne chez son ancienne servante et obtient d'elle sa dernière fille (moyennant un très gros sac de pièces d'or). Sur le chemin du retour, la comtesse et la 3ème promise rencontre... la même vieille (courbée par les ans). La vieille s'étonne car la 3ème soeur avance à contrecoeur.

VAISSELLE DE NOCE


La jeune fille lui répond qu'elle a le sentiment d'avancer sur le chemin du malheur, voire celui de sa mort ! La vieille lui avoue alors qu'elle est un peu sorcière. Elle propose à la belle de l'aider et la jeune fille accepte avec empressement. La sorcière lui glisse alors quelques conseils dans l'oreille. Le lendemain, la 3ème promise est mariée au monstre, fils du comte de la Marche.

PORTAIL EGLISE DE MARSAC


Le soir venu, son ogre de mari lui ordonne de se déshabiller. En souriant, elle lui répond qu'elle préfère qu'il se dévêtisse d'abord. Ravi par son sourire, l'ogre s'exécute et retire sa peau velu... sous laquelle se trouve une 2nde peau (toute aussi velue). La belle enlève alors sa robe... sous laquelle se cache une 2nde robe. L'ogre retire alors sa 2nde peau... sous laquelle se trouve une 3ème peau !

PICHETS


La jeune épousée (toujours souriante) se déleste de sa 2nde robe... sous laquelle se camouflait une 3ème robe (quel suspens !)... C'est alors que la peau velu de l'ogre tombe en petits morceaux par terre, découvrant ainsi une belle peau rose de vrai jeune homme. La future comtesse retire alors sa 3ème robe, découvrant ainsi ses charmantes rondeurs. Le futur comte (ex-ogre) en est ému.

LIT CONJUGAL


Ils se glissent alors tous les 2 dans le lit nuptial et font des enfants (sachez, pour finir, que tous les historiens sont d'accord sur ce point : depuis ce jour, aucun des descendants du comte de la Marche n'a dévoré son épouse). Voilà. Au revoir les enfants !

CHATEAU DU COMTE DE LA MARCHE