Entre Dun-le-Palestel et Bonnat, votre capricieuse ouature vous amène à Chéniers. Bien. Puisque vous y êtes, profitez-en pour visiter la prison... Comment çà vous ne nous croyez pas ? Vous avez tort : les quelques 600 habitants de Chéniers ont pourtant bel et bien leur propre prison ! Et oui !

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une impasse insignifiante démarre de la grande place et vous y amène. Ce boyau discret se situe à droite d'une ancienne boutique...(feu le magasin Petitjean, avec un autocollant Banania de collection sur la porte). Ca y est ? Vous l'avez trouvé cette impasse ?

0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous la remontez sur 20 mètres et parvenez à la porte cloutée de la prison. Comme il n'y a pas de gardien, vous défaites le maillon de chaîne qui tient lieu de verrou et repoussez ce vénérable vantail. Vous pénétrez alors dans une minuscule salle qui donne accès à une 2ème porte comportant un judas...

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


C'est celle de l'unique cellule de la prison. Vous pouvez également l'ouvrir mais... à vos risques et périls ! Bon, un peu de sérieux, s'il vous plait ! En l'an de grâce 1779, la prison royale et l'auditoire (probablement une salle de réunion) qui la surmonte sont construits en même temps, à Chéniers.

3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les 2 portes que vous venez d'ouvrir avec délicatesse sont d'origine et, de ce fait, datent donc de la même année (total respect, s'il vous plaît). Lorsque vous pénétrerez dans la petite cellule (avec, peut-être, une légère appréhension), vous constaterez qu'elle n'a pas de fenêtre.

4


Les prisonniers n'y restaient que peu de temps : ils étaient transfèrés à la prison de La Châtre, dans l'Indre. L'auditoire a été transformé en habitation privée et, donc, ne se visite pas. Avant d'être "ouverte au public", la prison désaffectée a été utilisée comme cave à vin.

5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Nous, Marchoucreuse 23, sommes convaincus que les sympathiques visiteurs que nous envoyons en prison à Chéniers s'en sortiront sans peine (beau jeu de mot, non ?) et remettront tout bien en place avant de partir vers de nouvelles aventures creusoises...

6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Chéniers, ancien "verrou" de la frontière royale (édifiée pour empêcher la contrebande de sel entre le Berry et la Marche) a connu un riche passé historique. Il n'en reste qu'une tour, une rue des remparts (mais sans remparts) et une prison dont l'ancienneté, bien que plus que bi-centenaire, est plus récente.

7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


A Chéniers, comme dans beaucoup d'autres communes de France, des secrets du passé sont enfouis dans la terre, sous les maisons et sous les églises. Mais, malgré le juvénile enthousiasme que vous et nous partageons, nous devons tous (par respect pour les habitants) nous abstenir de creuser le sujet (merci).

8