Coincée entre les gorges profondes de la Sédelle et de la Creuse, une langoureuse langue rocheuse vient titiller le confluent des 2 rivières. Cette presqu'île protectrice a su séduire les hommes préhistoriques bien avant que les gaulois ne renforcent ses abruptes parois de 70 m. de haut (sans lac ni barrage) d'une palissade en bois, destinée à en interdire l'accès à l'envahissant envahisseur Wisigoth.

9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


C'est le terme gaulois de "croso" (creux) qui a (bien évidemment) donné son nom à la rivière Creuse mais également à cet endroit qui se nomme... Crozant (Bravo, vous avez gâââgné) !

D'anciens manuscrits parlent de fortifications édifiées en l'an 996 mais la plus ancienne construction encore visible est le donjon carré (13 m. X 13m.) qui date du 11 ème siècle (vue imprenable qu'ils disaient, à l'agence).

12_le_site_avant_le_barrage

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le donjon-château de 3 étages n'était accessible que par un "escalier-levis" de plusieurs mètres de haut. Au 13ème siècle, Hugues X de Lusignan, comte de la Marche et époux d'Isabelle d'Angoulème, réalise la plus grande forteresse du duché d'Aquitaine en y faisant ajouter 1 bon kilomètre de remparts que renforcent 10 tours (l'ensemble mesurant 450 mètres de long pour 80 de large).

43

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La citadelle comportait une place d'armes où se rassemblaient les 10.000 soldats de la garnison... qui n'empêchèrent pas Saint-Louis (pass'que c'est le roi, tou'd'mêm !) d'en prendre possession. Par contre, en 1356, les troupes du Prince Noir se cassèrent méchamment les crocs sur ses murailles. En 1436, Charles VII la fait encore renforcer. Louis XI la lui prend pour la donner aux Bourbons...

5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


En 1527, Crozant est finalement confisqué aux Bourbons (et redevient un bien de la couronne de France). Devenue protestante, la forteresse est prise par les catholiques (en 1588). Une tour s'effondre au cours des combats puis, en 1606, un tremblement de terre secoue la région et en écroule une autre... La forteresse est abandonnée et les paysans se servent joyeusement dans les pierres.

611

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ces royales ruines sont d'abord vendues par Louis XIII à Henri Foucault de Saint-Germain. En 1786, l'intuitive Anne-Nicolas Doublet les cède (contre plein de sous, évidemment) au comte Silvain de la Marche (dont les ancêtres furent les 1ers propriétaires de la forteresse, de 996 à 1117).

Puis, le site de Crozant est inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1926, année de naissance du barrage.

813

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Après presque 4 siècles d'abandon, les ruines deviennent (en 1991) la propriété de l'Hôtel des Ruines. Les touristes les visitent pour 5 francs (0,76 €), mais 385 ans d'érosion et d'envahissement de la végétation rendent la visite plutôt aventureuse. Une myriade de fissures écartent et disloquent allègrement les assemblages de pierres qui continuent de chuter.

7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


En 1997, l'Hôtel des Ruines accepte de vendre le site à la commune de Crozant. Entre 2000 et 2008, un ambitieux programme de "cristallisation" et de restauration partielle du donjon, puis de 4 autres tours, permet d'arrêter le massacre tandis que, conjointement, des fouilles archéologiques ont lieu.

(En 2013, la visite des ruines "cristallisées" passe à 2,50 €).

1214

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Concernant Crozant, nos recherches sur les 1000 dernières années nous ont permis de découvrir (entre autres choses) qu'elles ont été extraordinairement fertiles en évènements et qu'elles ont provoqué plusieurs crêpages de chignons entre d'honorables historiens. Par conséquent, si de légères inexactitudes émaillaient nos propos, veuillez éventuellement les en excuser. Et gros bisous à vous !

1817

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le Syndicat Mixte pour la Sauvegarde des Ruines de la Citadelle de Crozant supervise les travaux dont la 5ème tranche devrait coûter 1 million d'euros (financés à 50% par l'état, 20% par le département de la Creuse, 12% par la Communauté de communes du Pays Dunois, 10% par la région du Limousin et 8% par la commune de Crozant).

1519

 

 

 

 

 

 

 

 

 


En contrebas de la poste, sur le côté gauche, se trouve le convivial et désormais historique bar-restaurant "l'Eclat de Soleil" (tel 05 55 89 98 26) où l'équipe de MARCHOUCREUSE a pris une modeste collation.