En un temps que les moins de 700 ans ne peuvent pas connaître, la Creuse avait pour nom Comté de la Marche. Et or donc, les marchois de ces temps-là étaient très majoritairement des paysans. Parmi eux, le hasard a voulu que Johan et Eudoxie retiennent toute notre attention. Nous sommes en hiver et, au coin de l'âtre, ils soufflent un peu après le dur labeur des mois précédents...

paysannebergerie_en_hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Là, ils préparent déjà le printemps. Eudoxie file la laine et tisse des étoffes épaisses dont elle fera de robustes vêtements. Johan répare les outils et les chaussures, au besoin en fabrique de nouveaux. Ce qu'il ne peut faire lui-même, il le demande au forgeron du village. Dés que le temps se réchauffera, Johan prendra sa serpe bien aiguisée et s'en ira tailler la vigne pour espérer une belle récolte de raisin.

vendangessecateur

 

 

faucilles

 

 

 

 

 

 


Il en fera du vin et, en bon chrétien, devra en donner une partie au curé de la paroisse, pour l'office. Comme tous les autres, Eudoxie et Johan ont l'obligation d'assister à la messe le dimanche et les jours de fête, de se confesser au moins une fois par an et de faire baptiser rapidement leurs enfants. Le curé tient les registres d'état civil et veille ainsi à empêcher les mariages entre proches parents.

dos_de_registresparchemin

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les semaines passent. Le temps se radoucit et la terre se réchauffe. Jehan, comme cela est loin d'être rare en pays marchois, travaille celles de son abbé et est donc mortaillable... Il doit payer une rente et faire des corvées. Le premier terme se paye à Noël, le second à Pâques et le 3ème à la Saint-Jean. Ah, voilà sa seigneurie qui sort de la réserve pour s'en aller en forêt chasser au rapace !

armure_du_seigneurle_seigneur_avec_un_rapace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dès qu'il le peut, Johan récolte de l'herbe pour nourrir moutons et boeufs qui devront traverser l'hiver. En attendant, il doit entourer ses pâturages de haies car les animaux qui vaquent seuls constituent un délit. S'il les accompagne, il peut les faire paître dans les landes des communaux. Eudoxie, les enfants et lui ne les mangent pas : ils se contentent de lait, d'oeufs et, quelquefois, de salaisons...

bechefleau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ils élèvent un porc dont ils fument et salent la viande, après l'avoir hissé et attaché sur le bayard où il le pendent, la tête en bas, pour le découper. Le précieux bovin, lui, est fait pour tirer la charrue, la herse ou le tombereau. Le village où habite Eudoxie et Johan se trouve au milieu du bocage. Derrière la maison se trouve l'ouche, soigneusement protégée des voleurs par des murets.

herserecolte_de_fruits

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Là, Johan et Eudoxie sarclent, bêchent et enfouissent le fumier pour récolter les panais, les navets, les raves, les poireaux, les oignons, le persil, la mache, les choux, les épinards, le fenouil, du thym, de la sauge ou du chanvre. Un peu plus loin se trouve leur verger. Il offre les pommes, poires, cerises et prunes que récolte Eudoxie... puisque c'est un travail qui est réservé aux femmes.

pierre_a_affutercoutume_de_la_Marche

 

 

 

 


Ailleurs, une parcelle est consacrée à ces précieuses céréales qui remplissent les ventres quand le ciel le veut bien ! Une fois récoltées, ces céréales sont battues au fléau pour séparer le grain. Le seigle représente la moitié des récoltes marchoises. L'avoine et le froment se font plus rares car ils exigent des terres plus riches. Le seigneur, après la moisson, apprécie d'être payé en froment, bien entendu !

recolte_de_cerealesles_cereales

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Johan sait qu'il ne faut pas essayer de tromper son seigneur : dans le terrier, tout est noté et inventorié ! Les terres, les bois, les cultures, le nombre de boisseaux de grains, les impôts non encore payés et les noms des humains qui vivent là ! Avec ce qu'il lui reste de céréales, Johan va faire du pain de froment, d'orge ou de seigle. Il se rend donc au moulin puis au four du village...

battage_au_fleauboisseau

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L'un et l'autre sont la propriété du seigneur qui demande le paiement de droits banaux pour leur utilisation. Eudoxie et Johan ne mangent jamais de volailles... elles sont réservées à ces seigneuries car, volants dans le ciel, les volatiles sont plus près de Dieu et, donc, les paysans n'en sont pas dignes. Les animaux et eux, en dehors des céréales, se contentent de racines et autres légumineuses.

moissonpelles_a_grain

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour s'en sortir, les paysans se regroupent en frérèches (de la même famille) ou en comparsonneries, sortes d'associations entre voisins. Quand ils en possèdent, les paysans coupent et rentrent du bois pour l'hiver. Ce n'est pas le cas de Johan qui devra se contenter, comme l'autorise le seigneur, de ramasser le bois mort, le bois vert couché et de nettoyer les sous-bois pour faire des fagots.

coupe_de_petit_boispoignee_outil

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il lui faudra également, si la réserve de foin s'avère insuffisante, sacrifier une partie des bêtes... Il gardera en priorité les femelles (qu'il aura fait saillir à l'automne). Johan confiera ensuite son porc au porcher. Ce dernier mènera les porcs de tout le village dans les bois où ils se nourriront de glands et de fruits sauvages que le porcher fera tomber à l'aide de son bâton.

fleau_detailcontrat

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Totalement rythmée par la religion, les saisons et les travaux agricoles, c'est ainsi que se déroulait la vie de Johan et Eudoxie, deux petits paysans marchois. Ils ont transmis leurs coutumes, leurs savoirs et leur mode de vie à leurs enfants qui, génération après génération, les ont eux-même fait partager à leurs propres enfants. Aujourd'hui, ils ont des descendants agriculteurs qui vivent en... Creuse.

la_ferme_en_hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 affiche_expo_des_archives