Nous partons aujourd'hui à la découverte d'un coin secret comme la Creuse sait en réserver aux amoureux de belle nature... Nous voguons d'abord sur la N145, que nous quittons à Saint-Maurice-la-Souterraine. De ce bourg,nous piquons au sud-ouest, vers le Coure Fariou, Gacheny, et enfin la Saumagne, direction Chapelle templière (si, si, tout est sur les cartes routières).

Saumagne1Saumagne2

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Avant d'entrer dans le village de la Saumagne, il y a un carrefour : la piste qui mène dans la lande est à gauche, un peu avant cette intersection (pour le stationnement, il est préférable de se garer dans la Saumagne). Nous marchons bravement sur le chemin de terre qui ondule paisiblement à travers une vaste lande de bruyères et de fougères.

Saumagne4Saumagne3

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Sur la droite, d'éphémères marais précèdent une piste que barre une chaîne (sens interdit ?). Obéissants, nous continuons droit devant. Soudain, sur notre droite, un pivert s'envole (mollement) et disparait sous le couvert des chênes. Nous découvrons alors, en contrebas derrière ces arbres, une vaste étendue d'eau. Un sentier y mène. Nous le suivons et pénétrons dans l'ombre fraîche.

Saumagne5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L'étang paisible, de fort belle taille, sert de miroir à un ciel bleu où vaquent de rares nuages effilés. Une sente, torturées par les racines, longe la berge. Sans réussir à nous tordre les chevilles, nous parvenons à une modeste clairière. Un grondement attire notre attention... Des cascades échevelées bondissent sur la roche. Nées de l'eau de l'étang, elles se rejoignent pour encercler une étrange maisonnette.

Saumagne6Saumagne7

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La petite maison, construite à la hauteur du fond de l'étang mais protégée par la robuste digue, semble être un ancien moulin. A travers une vitre grossière, nous devinons une rangée de bouteilles entamées. Nous découvrons aussi, à quelques pas, un canal qui s'achève en cascade au pied d'un exotique bosquet de bambous. Nous décidons de remonter ce cours d'eau captif...

Saumagne8Saumagne9

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Nous nous retrouvons alors sur un étroit sentier, encerclé d'eau de part et d'autre. Le soleil traverse les feuillages et, à la surface du canal, dessine une myriade de fascinants yeux dorés. La sente se révèle, finalement, sans grand intérêt. Nous rebroussons chemin et retrouvons la piste principale qui monte doucement au dessus de l'étang.

Saumagne10Saumagne11

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une brise délicate s'allie à la ramure des arbres pour nous protéger de la morsure du soleil. Nous nous sentons bien. A droite comme à gauche, le chemin est bordé de vénérables châtaigniers dont les troncs noueux ressemblent parfois à ces barbus personnages de la mythologie féerique médiévale... En haut, la piste dévoile un panorama du bocage environnant.

Saumagne12Saumagne14

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Nous décidons de redescendre, pour pique-niquer sur un des murets de la digue de l'étang. Là, nous découvrons la trace du passage d'un cheval. Elle n'y était pas avant... ou alors, nous n'y avions pas prêté attention... Et si cet endroit était magique ? (Il est probable que oui car, très étrangement, de l'huile a suinté de nos pommes-chips quand nous les avons mangé... Si c'est pas une preuve ça !).

Saumagne13Saumagne15

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Nous dédions cette page à Coline (une amie bébé) pour la remercier du gracieux sourire qu'elle nous a gentiment offert juste avant cette balade.

Saumagne16