Emmanuel Bailly est diplomé de l'École Nationale Supérieure des Ingénieurs de Limoges. Il développe en 2005 une théorie choc qui devrait, à terme, ébranler les belles certitudes des français. En effet, son concept d'écorégion calcule l'indice de souveraineté alimentaire d'un territoire et, donc, "permet d'en évaluer l'état de dépendance" ! Quézako (râlez-vous) ? Et bien, nous allons tenter de vous l'expliquer, impatiente jeunesse...

Limousinlimousine

 

 

 

 

 

 


Emmanuel Bailly a calculé la consommation annuelle de nourriture d'un habitant du Limousin : 100 kg de viande, 115 kg de légumes et 60 kg de pain. Il a ensuite comparé ces chiffres à ceux de la production des agriculteurs du Limousin : des bovins, rien que des bovins ! Les 7400 hectares de pommes de terre sont devenus 300, ainsi que les 1300 de légumes frais ! Le Limousin ne répond plus qu'à 8% à la demande alimentaire de ses habitants. Et il y a pire...

lagenariapotimarron

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La Franche-Comté produit 1% de sa nourriture ! La Corse, qui accueille des millions de touristes l'été, moins de 1% ! La région parisienne, avec ses 12 millions d'habitants, s'autoalimente à seulement 1% (environ). Pour satisfaire le pouvoir économique, les politiques ont spécialisé chaque région et, par conséquence, les ont rendues dépendantes les unes des autres. "La souveraineté alimentaire, en France, est devenue inexistante" affirme Emmanuel Bailly.

chataignes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il ajoute ensuite cette inquiétante prédiction : "En cas de catastrophe climatique, sanitaire ou énergétique, nous sommes incapables d'approvisionner notre pays". Il préconise de restaurer au plus vite "l'agro-immunité" des régions avec des "périmètres de souveraineté alimentaire". E. Bailly pense que ceci est un des outils qui nous préservera de la famine probable le jour où, par exemple, le pétrole viendrait à manquer pour "X" raisons (climatique, sanitaire ou autre).

cerisescourgettes

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il pense également que les citadins ré-apprendront à cultiver la terre, créeront des jardins-potagers dans les villes, sur leurs balcons, dans les ruines ou les terrains vagues. C'est déjà le cas, ici et là, à travers toute la planète. Par ailleurs, dans les banlieues pavillonnaires, l'interdiction de cultiver des légumes est une aberration quand les AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne), submergées par les demandes, ont des listes d'attente délirantes.

tomates_diverses

fraises

 

 

 

 

 

 

 


A l'instar de Nicolas Hulot, Emmanuel Bailly pense que, pour se préserver de cette pénurie généralisée de nourriture et d'eau, les solutions résident dans le collectif. "L'alimentation est le combat du siècle". L'un comme l'autre, ils préconisent de donner prioritairement les subventions aux collectivités locales plutôt qu'à quelques privilégiés...

h_ronjeune_tomate

 

 

 

 

 

 

 


Actuellement 80% des aides agricoles sont distribuées à 15% seulement des agriculteurs (les plus grands). E. Bailly pense qu'il convient d'obliger ces grands domaines, en contre-partie des subventions reçues, à affecter 10 à 15% de leurs terres aux cultures vivrières. Pour nourrir la population locale !

limousines

pommes_de_terre

 

 

 

 

 

 

 


En 2007, il écrit "Terres d'avenir : pour un mode de vie durable" aux éditions Alphée. A la fin de la même année, Emmanuel Bailly crée la société Ecorégion Concept Territoire. Cette entreprise, agréée par le ministère de la Recherche, propose ses services et conseils aux collectivités territoriales, aux élus et aux décideurs. En 2010, E. Bailly participe (avec d'autres) à la réalisation du percutant film de Coline Serreau "Solutions locales pour un désordre global".

Emmanuel_Bailly

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Maintenant, que diriez-vous de regarder gratuitement et légalement ce film ? Vous êtes partant ? Alors, cliquez et découvrez (ou re-découvrez) "Solutions locales pour un désordre global" !

livre_C

 

 

 

 

 

 

 


Quelqu'un veut un esquimau ?