ST_GEORGES_1

 

Pour bien apprécier cette virée (sur la D90,entre Pontcharraud et Poussanges) qui mène au sommet de Saint-Georges-Nigremont (perché à 750 mètres d'altitude, s'il vous plait !), nous vous conseillons de vous garer en bas :  un parking confortable et herboré vous attend en contrebas de son petit cimetière...


ST_GEORGES12

ST_GEORGES_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une volée de marche vous mène gentiment jusqu'au parvis de l'église. Mais, avant d'y pénétrer, illuminez-vous le regard en le portant loin, là-bas, sur les contreforts des monts d'Auvergne... Avec un peu de chance (et un air limpide), vous vous offrirez une vue panoramique sur les cimes du Puy de Sancy, parfois enneigées jusqu'au printemps (vous la voyez bien la neige, là ?).


ST_GEORGES_4

ST_GEORGES_3

 

 

 

 

 

 

 

 

L'église de Saint-Georges-Nigremont possède (comme toutes les églises de cette belle contrée) un clocher-mur (où il y avait jadis 3 cloches). Ce monument religieux a été construit sur un emplacement où se trouvait des habitations vieilles de 2000 ans, comme le site voisin des Mureaux qui était une forteresse gauloise (et où des traces sont encore nettement visibles).


ST_GEORGES_6

ST_GEORGES_7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Georges Nigremont (1885-1971) est aussi le pseudonyme de l'écrivaine creusoise Léa Védrine (qui change de nom pour faire comme la baronne Dudevant, plus connue sous le nom d'Aurore Dupin, alias George Sand). Georges Nigremont (qui avait une maison à Saint-Georges-Nigremont) a écrit "Jeantou, maçon creusois", " les prisonniers de Brages" et "Le souterrain abandonné".


ST_GEORGES_8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du côté opposé aux marches par lesquelles vous êtes arrivé, une gentille route dessine une spirale parfaite et redescend vers votre voiture. Sur cette escargot-route, vous découvrirez une statue de la sainte patronne des migrants (ce qui n'est pas rien en Creuse), ainsi qu'un frais bassin et un puits chargé de mystère...


ST_GEORGES_5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les moyenâgeuses croyances offrent une place particulière aux puits : des serfs affirment qu'ils sont des portes d'entrée vers l'enfer ! La rumeur affirme même parfois que les puits communiquent avec les oubliettes des châteaux (là où le seigneur fait jeter ses ennemis). D'ailleurs, les habitants de Saint-Georges-Nigremont sourient malicieusement quand ils tirent un seau d'eau de leur puits...


Attention ! Ne vous penchez pas, malheureux !