0

 

 

00depart0000depart

 

 


 

 

Tandis que la cour de Louis XVI festoie à Versailles, la misère gagne les provinces du royaume après 2 ans de mauvaises récoltes...


Dans le comté de la Marche, en cette année 1780, la bouillie de châtaignes devient l'unique nourriture de beaucoup de foyers. Quêtant d'autres ressources, quelques 15000 paysans migrent alors vers Lyon ou Paris.


En 1787-88, le royaume vit une rude crise financière. La monarchie absolue est contestée par une partie de la noblesse et de la bourgeoisie. Louis XVI décide alors de réunir au plus vite des États Généraux. Des Assemblées Provinciales se constituent... La Haute Marche refuse catégoriquement d'être rattachée au Bourbonnais ! Elle obtient ainsi la création de l'Assemblée de Guéret.  00000depart


Le 25 Janvier 1790 nait enfin la Creuse. Elle rassemble la Haute Marche, la Combraille, un morceau du Limousin (les villes de La Souterraine et Bénévent) et un morceau du Poitou, du Berry et du Bourbonnais. Guéret devient définitivement la "capitale" de la Creuse en Juin 1791.


La Creuse est divisée en 35 cantons, gérés par des élus (en majorité des avocats et des procureurs). Les paroisses sont remplacées par des communes, administrées par des maires et des conseillers élus. État civil, aide sociale et assistance sont laïcisés. Des unités de gardes nationaux doivent être créées (pour protéger les villes et les campagnes contre les pillards).


000000depart

 

 

 


 

 

 

Et cette architecture administrative a survécue (globalement) à tous les régimes depuis 220 ans


1depart

 

Œuvre d'enfants creusois

(1989)


 

 

 

 

 

3


Ceci est un très très bref résumé d'une page importante de l'histoire de la Creuse.

N'en ratez pas le prochain épisode : "La Creuse va elle disparaître dans les années qui viennent ?"

Suivi de : "Nous avons démocratiquement décidé de ne pas vous demander votre avis !"


3depart