E
n Novembre 2009, FRANCE 3 Limousin nous annonçait une nouvelle amusante : un hélicoptère, équipé d'un détecteur de radioactivité, devait survoler la Creuse pour retrouver les endroits (chemins, routes,  fermes, voire -peut-être- écoles) où avaient été enfouis des "stériles minières", contenant des résidus d'uranium... Les résultats de ces recherches devant être ultérieurement communiqués aux élus.


4


Pour le nord du département, Bonnat, Anzème, Champsanglard, Noth, Domeyrot, Ladapeyre, Gouzon et Vareilles sont certains d'être concernés (sur 39 communes, au total, pour l'ensemble de la Creuse).

Nous sommes en Février 2010. Alors, vous avez des nouvelles rigolotes à nous annoncer ?









Ces stériles proviennent des mines d'uranium qui furent exploitées à ciel-ouvert entre 1954 et 1989. Aujourd'hui, elles appartiennent aux sociétés AREVA et TOTAL (actionnaire d'AREVA). L'extraction de 841.437 tonnes de minerai a permis de récolter 1470 tonnes d'uranium. Ce qui nous fait 839.967 tonnes de résidus radioactifs ! La quasi totalité a été ré-enfouie sur les sites. Pas forcément plus hilarant...


Pour la mine de Domeyrot et Ladapeyre, par exemple, d'éventuels rejets radioactifs pourraient se déverser dans le Verraux... affluent de la Petite Creuse... elle même affluent de la Creuse... qui est elle même affluent de la Vienne... (c'est là qu'il faut rire).

Apparemment, ce site humoristique est laissé sans surveillance (information COGEMA du 05/07/2004), bien que la concession soit accordée jusqu'en 2014.


 

44MINE









Les documents empoisonnés  à  l'arsenic
sont devenus intouchables
par les Archives
Départementales de la
Creuse

 



Autre histoire comique : aux alentours de 1900, la Creuse a vécu une véritable ruée vers l'or. Ainsi, pendant un demi-siècle (de 1905 à 1955), la mine du Châtelet-Budelière, entre autres, permettra de mettre à jour le précieux métal. Aujourd'hui, fortement polluée à l'arsenic, elle est laissée à l'abandon. Les services des Archives Départementales de la Creuse n'ont pas été autorisés à y récupérer des documents : ils gisent au milieu d'un chaos de gravats "ouverts à tous vents" et sont, eux aussi, drôlement empoisonnés.

Il doit bien y avoir un joli cours d'eau à côté, non ?


4


 

 

 

 

Une des nombreuses mines

de charbon

de la Creuse

 



Une petite dernière, pour la route ? La Creuse a également extrait du charbon de son sous-sol (à Lavaveix-Les-Mines, Ahun, etc...). Depuis le 17e siècle, les mineurs ne se sont jamais ennuyés sous terre : entre les classiques explosions dues aux "coups de grisou" et les ruptures de câbles pendant la descente ou la remontée (au choix)... quelle poilade !


Tous les chiffres et toutes les informations figurants ci-dessus ont été glanés à l'exposition "Mines et Mineurs" qui durera jusqu'au 26 Février 2010. Elle est organisée par les Archives Départementales de la Creuse, 30 rue F. Roosevelt - BP 164 - 23004 Guéret. tel : 05 44 30 26 50 archives@cg23.fr


5MINE



Et comme le dit la publicité...

 

"Mangez du crayon, vous aurez bonne mine !"