grotte1Pour l'instant, vous êtes tranquillement assis dans votre voiture et cherchez les Combes de la Cazine. En effet, vous mourez d'envie de découvrir ce site chargé de tant d'histoire et de légende. Alors, dans Colondannes, vous quittez la D951 et suivez astucieusement les panneaux qui indiquent "Combes de la Cazine".les_combes


La petite route sur laquelle vous circulez à présent est mangée par l'herbe en son milieu et, parfois, totalement envahie par les feuilles mortes de Novembre. Après un à deux kilomètres, vous arrivez au bout de cette piste encore correctement goudronnée. Vous laissez là vos chevaux vapeurs car la promenade commence ici...soleil1

 

 

 

 

 


Le sentier (c'est le C1) est balisé en jaune local. Nous vous engageons toutefois à rester sur vos gardes. En effet, la personne qui a fait les marques devait être sous l'emprise des sorcières (les explications suivent, ne soyez pas si impatients). Prenez donc le chemin qui descend à droite et marchez jusqu'à la Cazine. Vous longez la rivière par cette même piste. Par la suite, le chemin remonte légèrement et vous mène à une bifurcation. Bien que les célèbres marques jaunes vous invitent à prendre à droite... 

ne les suivez pas !


les_eaux_noires

 

PRENEZ LE CHEMIN DE GAUCHE, CELUI QUI REMONTE ! Vous retrouverez ainsi votre véhicule, après une promenade d'une bonne heure. Si vous cédez au sortilège des 3 méchantes magiciennes en tournant à droite, vous vous retrouverez à Grobost, reviendrez ensuite à Colondannes par la route, où il vous restera encore à faire à pied les kilomètres que vous aviez parcourus avec votre voiture, sur la petite route (soit, au bas mot, une demie douzaine d'heures de marche). Vous voilà prévenu ! Et sachez que nous parlons d'expérience... C'était l'été dernier, sous un soleil de plomb, mais il y a prescription maintenant !

nid_sorci_res


Mais, comme promis, nous allons vous raconter la légende des 3 sorcières qui, de nos jours encore, habitent les combes et hantent la lande.

Autrefois, c'étaient des fées. Elles restaient là, se nourrissant de grenouilles, de mures, de pommes sauvages ou de châtaignes... suivant les saisons.


Les soirs de pleine lune, leur sang s'échauffait et elles se dénudaient pour aller danser dans les bruyères. A l'époque, elles étaient jeunes et belles et exhibaient fièrement leurs 3 corps gracieux. De rares paysans, en se cachant, venaient les admirer (grâce à eux, nous savons aujourd'hui que, toutes les trois, elles ont des tétons noirs comme l'encre).


grotte2Lorsque, par malheur, ils étaient repérés par les fées, les paysans étaient aussitôt harcelés par elles, cajolés, séduits et... possédés. L'aube suivante les découvrait alors dans un état de très grand épuisement. Ils étaient tellement fatigués qu'ils n'avaient plus assez de force pour aller travailler aux champs, et ce pendant plusieurs jours. Imaginez !

 

 

 

 


 


Le résultat ne se fit pas attendre : les paysans évitèrent dés lors, comme la peste, de s'approcher des combes de la Cazine, aidés en cela par leurs compagnes légitimes. En effet, leurs épouses et fiancées, n'étant plus honorées, avaient vite découvert de quoi il retournait et en avaient pris sérieusement ombrage !


Les trois fées, n'ayant plus d'hommes à ensorceler, s'aigrirent et s'étiolèrent années après années. Le temps, malgré leur magie, passa pour elles aussi. Elles vieillirent. Les soirs de pleine lune, si vous le souhaitez, vous pouvez les voir danser, nues dans la lande. Mais, désormais, leurs poitrines aux noirs tétons pendent et tressautent pitoyablement.


pontElles ont, aujourd'hui, décidé de se venger. Mais les paysans, pleins de sagesse et de mémoire, ne se hasardent plus par là. Alors, les fées, devenues sorcières, s'en prennent aux innocents promeneurs. Elles font en sorte de brouiller le balisage ! Elles incitent les imprudents à traverser la Cazine sur un pont de fortune de leur fabrication, afin qu'ils s'égarent de l'autre côté ! Ou encore, l'hiver, elles font tomber la nuit une heure plus tôt ! Elles ont même été jusqu'à introduire des asticots dans des châtaignes ! Nous en sommes témoins !


soleil2


Il y a 52009 à 102009 ans environ, les ancêtres de ces 3 ensorceleuses vivaient déjà dans les combes de la Cazine. Ils y avaient établi leur campement, occupant quelques abris rocheux et vivant chichement de poissons, mûres, baies, grenouilles, pommes sauvages ou châtaignes, suivant les saisons.


Les soirs de pleine lune, leur sang d'hommes et de femmes préhistoriques s'échauffait, et ils allaient dans la bruyère pour danser nus. A cette époque, ils appelaient cela une "fête de week-end" (parait-il).


arbre_de_feuf_e_sexe











Les nombreux outils en silex taillés, trouvés sur ce site, ont révélés l'existence du campement et permis sa datation. Ils sont exposés dans la mairie de Colondannes. Ça, au moins, c'est véridique !